Hesychasm and Orthodoxy

We are here at the heart of ascetical psychology. We have a tripartite structure of the soul; we are going to free (or, cure) the soul from being dominated by the passions of two parts, anger and desire. Evagrius will mention that the mind (nous) is subject to its own passions of ignorance and delusion, although he does not call them ‘passions’.

Now, the important thing is this: the ascetical program is being set: we are to free ourselves from anger and desire—in what sense, we will see as we proceed. It should be understood that both the Protestant Reformation and the Enlightenment rejected this program—vehemently. They do not accept the underlying anthropology and soteriology. This is the significance of Luther’s doctrine of justification by faith: a rejection of the ascetical theology that is based on the anthropology that we are discussing. The Enlightenment, of course, went further, rejecting revealed religion; we saw this in the last chapter. In the West, only the Roman Catholic Church, until our own day, maintained, in its religious orders, this understanding. Here we see a fundamental point on which the Orthodox Church maintains a stance foreign to the wisdom of the West today. It is the Orthodox Church’s understanding of human nature and of the goal of the Christian: what the Christian does from the time of his conversion to Christ, from the time of his Baptism, until he dies. […]

We say this to indicate the seriousness of what is here being asserted by St Macrina. Taking her to say that it is necessary for the ascetic to remove the passions of the irascible and desiring parts of the soul, to remove their operations contrary to nature, then we have a certain attitude towards those very passions, an attitude that many non-Orthodox Christians, and many non-Christians, do not share. Moreover, we view the difference between the Orthodox doctrine and the non-Orthodox doctrines that would be opposed to it as being fundamental aspects of different anthropologies, different images of the person in each of those doctrines.Moreover, those different anthropologies are tied to different soteriologies, different doctrines of what salvation is and how it is to be accomplished or attained.

We are here at the root of Orthodox anthropology, and any attempt to recast Orthodox prayer of the basis of another anthropology—perhaps a modern post-Enlightenment or post-Freudian or post-Jungian psychological system, or even a Protestant or Roman Catholic anthropology—is going to produce a man or monk quite different from the traditional Orthodox man or monk if the attempt does not respect this fundamental structure of Orthodox anthropology. In other words, an attempt to break off the methods of Hesychasm and plant them in a different philosophical or theological setting that does not respect the basic orientation of Orthodox anthropology is going to produce results quite different from those which are produced in the Orthodox ascetical tradition. […]

And here is the problem for Western adepts of other faiths, to see that what St Hesychios is addressing in his discussion of sobriety and mental prayer in the heart flows out of Orthodox Baptism[9] and Orthodox Faith. To continue our metaphor, yes, we too, the Orthodox, have five fingers on each of our hands. But we worship God and what we build has a distinctly Orthodox character. Here, the rebuttal is normally: ‘It’s all the same; these are cultural differences in the architectural style of the temple you build.’ We say: ‘No. We receive the Holy Spirit in Baptism; it enlivens, quickens, enlightens, cleanses our mind (nous) and heart, so that we find our mind (nous) and heart different, and when we descend with our mind (nous) into our heart, that mind (nous) has been enlivened, quickened, enlightened and cleansed by Baptism, so that we see things differently. Moreover, when we are with our mind (nous) in our heart, the problem for us Orthodox is no longer to activate an innate structure so as automatically to undergo an experience of light, but, on the one hand, to pray in a certain way, and, on the other hand, to cultivate sobriety—this is the topic of St Hesychios’ work—which sobriety is bound up with the rebuttal of temptation that we have just outlined. So we, as Orthodox, with our mind (nous) in our heart have an Orthodox activity; we build an Orthodox building with our hands of five fingers.’

The Psychological Basis of Mental Prayer in the Heart

Volume I: The Orthodox Doctrine of the Person

Fr Theophanes (Constantine)

– Artículo*: TonyPedroza –

Más info en psico@mijasnatural.com / 607725547 MENADEL Psicología Clínica y Transpersonal Tradicional (Pneumatología) en Mijas y Fuengirola, MIJAS NATURAL

*No suscribimos necesariamente las opiniones o artículos aquí enlazados

– Enlace a artículo –

LA ETAPA FILOSÓFICA DE EVOLA: INFLUENCIAS

Tras una primera etapa vanguardista-dadaísta en la que un joven Evola adhiere a corrientes artísticos que pretenden romper con los cánones morales y de comportamiento consustanciales a un modo de vida burgués el maestro italiano se adentra en otra etapa diferente -la filosófica, durante los años 20 de la pasada centuria- en la que por la vía de las herramientas propias de la filosofía busca configurar un tipo de hombre soberano de sí mismo: “el gran autarca”, en sus propias palabras; un tipo de hombre liberado de las ataduras psíquicas y físicas propias que subyugan al hombre común. Para delinearlo dará especial importancia a los aportes, sobre todo -pero no únicamente- de tres filósofos: Friedrich Nietzsche, Otto Weininger y Carlo Michelstaedter.

De Nietzsche hará suyo ese impulso por superar la alicorta moral burguesa utilitarista y la moral del esclavo que representa el judeocristianismo, incapacitantes, ambos, a la hora de pretender dar a luz a un tipo de hombre descondicionado de frustraciones, de dogmas acomplejantes como el del pecado original, de sentimientos de culpabilidad, de pavores, de vida mediocre y pragmática …de dar a la luz al ‘señor de sí mismo’; expresión que rescata Evola del taoísmo.

Del austríaco Weininger valora, de manera especial, su libro “Sexo y carácter”, en el que realiza una más que acertada caracterización sobre las diferencias psíquicas existentes entre ambos sexos. Evola acabará, posteriormente en su definitiva etapa Tradicional, otorgándole a la Espiritualidad marcada por lo que él denomina como ‘luz del norte’ la denominación de ‘Espiritualidad solar y viril’, debido al insoslayable aspecto activo que supone la búsqueda del descondicionamiento, del conocimiento de los planos Superiores de la realidad y del Despertar a lo Eterno e Inmutable. Por el contrario tildará de ‘religiosidad femenina y lunar’ a esa otra manera de mirar hacia lo Alto que calificará como propia de la ‘luz del sur’ y que no concibe más que la fe y la creencia -pasivas ambas- en lo Trascendente.

Del italiano Michelstaedter tomará buena nota de lo expuesto por éste en su obra “La persuasión y la retórica”, en la cual escribe que la ‘retórica’ supone aquella tendencia a resignarse y adaptarse a los patrones morales y de comportamiento que imponen los convencionalismos sociales; el ‘homo vulgaris’ denunciado por Evola sería fiel a este patrón de la ‘retórica’. En cambio, la ‘persuasión’ es la actitud que lleva a la auto-posesión, a no depender de ningún factor externo, a no estar sometido a nada ajeno a uno, a convertirse -en definitiva- en ese ‘señor de sí mismo’ del que se hablaba líneas arriba. La persuasión, nos dice Michelstaedter, se logra viviendo cada momento como si fuese el último por tal de superar ese miedo a la muerte que llevará a -citando nuevamente a Evola- ‘un tipo de hombre diferenciado’ a superar miedos y pavores incapacitantes que impiden la consecución de lo que el maestro romano denominó un ‘tipo de hombre descondicionado’.

Eduard Alcántara

eduard_alcantara@hotmail.com

– Artículo*: septentrionislux –

Más info en psico@mijasnatural.com / 607725547 MENADEL Psicología Clínica y Transpersonal Tradicional (Pneumatología) en Mijas y Fuengirola, MIJAS NATURAL

*No suscribimos necesariamente las opiniones o artículos aquí enlazados

– Enlace a artículo –

René Guénon – Articles et comptes rendus tome II

L’objet de cet errata est un peu spécial, puisque c’est un recueil qui n’existe pas au format papier, mais dont une version numérique a circulé ces dernières années de façon clandestine dans des milieux plus ou moins restreints.

Errata (non exhaustif)

Les morceaux qui manquaient sont surlignés en vert, ceux qui étaient en trop en rouge.

Les dualités cosmiques

Ces rapprochements peuvent sembler étrangersétranges à certains esprits

nous ne parlons que des idées, bien entendu

ce qui est pensé qui varie, mais seulement la façon de le penser.

celui de la science au sens ouoù l’entendent les modernes

notre intention n’est point de rechercher présentement la supériorité de l’un ou de l’autre des deux points de vue

comme l’effet d’une rupture avec la tradition, ; on se rapproche donc de celle-ci

Maintenant, toutes ces dualités, qui peuvent être en multiplicité indéfiniesindéfinie,

mais il y a un certain mérite et même un certain courage à dire desces choses, alors que tant d’autres, qui doivent pourtant savoir ce qu’il en est, gardent à ce sujet un silence obstiné

celles qu’on rencontre ordinairement lorsqu’il s’agit de l’« homme primitif », ; conception beaucoup plus juste à notre avis

d’une part l’influence de la philosophie bergsonniennebergsonienne

c’est dans l’ordre sentimental que les dualités psychologiques sont lesle plus apparentes

et nous ajouterons qu’on ne le fit pas davantage au moyen âge, ; mais, dans la doctrine aristotélicienne

est une des interprétations dont est susceptiblessusceptible le symbolisme de Caïn et d’Abel dans la Genèse hébraïque

car la conception de cycles fermés est radicalement fausse, comme celle de l’« éternel retour » qui en est l’inévitable conséquence

Quoiqu’ilQuoi qu’il en soit, l’hypothèse de la congélation finale

l’incandescence finale de l’univers et son refroidissentrefroidissement progressif

renoncer à poser la question en termes de vie et de mort, parce qu’un tel point de vue

quand on envisage les deux principes comme nous venons de le faire, il n’est pas possible de n’accorder

Nous avons fait allusion précédemment à l’existence de certains « pointpoints d’arrêt »

qui a aussi deux « parents », ou, pour parler plus exactement

et pourtant il n’est aucunement dualiste, dès lors qu’il laisse subsister

certaines conditions limitatives telles que l’espace etou le temps

note 1 : F. Alcan, Paris, 1919

note 10 : des symboles comme celui de l’« œuf du monde », qui se rencontrerencontrent dans la cosmogonie hindoue et dans bien d’autres traditions anciennes ; ces symboles

Le Christ Prêtre et Roi

auxquelles sont rattachésattachés respectivement l’autorité spirituelle et le pouvoir temporel

on peut aussi envisager les deux fonctions sacerdotale et royale comme étant, en quelque sorte, complémentairecomplémentaires l’une de l’autre

le lion, animal solaire et royal, emblème de cette tribu et plus spécialement de la famille de David qui est la sienne, devient ainsi son emblème personnel

Si le sacerdoce de Lévi, sous lequel le peuple a reçu la loi, avait pu rendre les hommes justes et parfaits

En effet, celui dont ces choses sont prédites est d’une autre tribu

ainsi que l’Écriture le déclare par ces mots : “Tu es prêtre éternellement selon l’ordre de Melchissedec” »

il l’est suivant l’ordre de Melchissedec, et, non selon l’ordre d’Aaron

du passage biblique où est relatérelatée la rencontre de Melchissedec avec Abraham

« Autant qu’il est constant que ce sacerdoce n’a pas été établi sans serment (car, au lieu que les autres prêtres ont été établis sans serment, celui-ci l’a été avec serment, Dieu lui ayant dit : Le Seigneur a juré, et son serment demeurera immuable, que tu seras prêtre éternellement selon l’ordre de Melchissedec) ; autant il est vrai que l’alliance dont Jésus est le médiateur et le garant est plus parfaite que la première »

Ce que nous avons voulu montrer surtout, c’est que l’ordre de Melchissedec est à la fois sacerdotal et royal et que par conséquent, l’application au Christ des paroles de l’Écriture qui s’y rapportent constitue l’affirmation expresse de ce double caractère. C’est aussi que l’union des deux pouvoirs en une même personne représente un principe supérieur à l’un et l’autre des ordres où s’exerces’exercent respectivement ces deux mêmes pouvoirs considérés séparément ; et, c’est pourquoi

Note 14 : En hébreuxhébreu, chaque lettre de l’alphabet a une valeur numérique

L’Ésotérisme du Graal

et la diffusion extérieure qu’àqu’a eue la légende du Graal

et qu’ellesquelles qu’en aient été d’ailleurs les modalités

Dès lorsqu’illors qu’il en est ainsi, certaines difficultés apparentes

de même que la lance, qui accompagne le Graal et qui en est en quelque sorte complémentaire, est une des figurations traditionnelles de l’« Axe du Monde »

Y a-t-il encore des possibilités initiatiques dans les formes traditionnelles occidentales ?

Y- a-t-il encore des possibilités initiatiques

en dépit des traces qu’on peut en trouverretrouver dans les écrits ou les monuments anciens

parce que, là du moins, il y a une méthode de réalisation active

Pour le Judaïsme, les choses, en tout cas, se présentent plus simplement, ce ne peut être en tout cas qu’à l’intérieur dedes monastères exclusivement

ou les mantras de la tradition hindoue, sans en obtenir le moindre résultat

Discours contre les discours

je croirai plutôt qu’une telle similitude, qui ne se fonde sur aucune communauté de race, se justifie seulement

il ne faut ni méconnaître ni mépriser ce qu’onont fait les Grecs dans divers domaines

le type le plus représentatif peut-être de lela mentalité hellénique

ni, d’autre part, de réagir outre mesure sur le domaine de l’action

voilà assurément une des premières leçons que nous devonsdevrons tirer des événements actuels

habituez-vous, sans retard, à envisager sérieusement l’avenir

Au sujet de ce discours, la reproduction faite par Michel Valsan dans les Études Traditionnelles comporte manifestement un passage manquant :

Il se peut que, parmi ces causes, il y en ait qui soient inhérentes à la nature humaine en général, ou plus particulièrement au tempérament de certains peuples ou de certains [passage manquant]

Le compilateur du présent recueil, à la place, a écrit « hommes ». A-t-il pu consulter la revue originale ou est-ce une suggestion de sa part ?
Nous lui avons posé la question dans les messages suivants :

tagada19 juillet 2017 à 12:26
A propos de corrections, pour le Discours contre les discours, avez-vous pu consulter la revue originale ? Dans la reproduction faite par Valsan dans les ET, on constate un passage manquant :
“Il se peut que, parmi ces causes, il y en ait qui soient inhérentes à la nature humaine en général, ou plus particulièrement au tempérament de certains peuples ou de certains [passage manquant]”
Dans votre recueil, vous indiquez, à cet endroit, « hommes ». SVP, pouvez-vous confirmer que cela se base bien sur la publication originale ?

tagada20 juillet 2017 à 08:44
Ce n’est pas une question piège, le bulletin municipal de Saint-Germain-en-Laye semble assez difficile à trouver, et donc si vous y aviez eu accès directement pour remplir le passage manquant ce serait super.

Mais il les a effacés sans y répondre ?! Nous supposons qu’il faut prendre cela comme une réponse négative. Donc pour l’instant le passage manquant devra rester en l’état.

Les Doctrines hindoues

comme désignant dece qui est « au delà de la nature »

ont par lalà même un caractère bien différent des sciences occidentales

cette réalisation peut avoir, en outre de la préparation théorique et après elle, d’autres moyens d’un ordre différent

Orient et Occident

La grande difficulté, nous le savons bien, c’est d’arriver à connaître ces idées orientales authentiques auxquelles nous faisons allusion, et cette difficulté est encore, pour une bonne part,

des théories empruntées à SchopenhaueurSchopenhauer

à un orientaliste qui, ayant cru bon de vanter la « critique » européenne devant un auditoire hindou, souleva les plus énergiques protestations

Au sujet de cet article, nous avons pris note de la remarque de M. Brecq dans le numéro 3 de la revue en ligne les Cahiers de l’Unité. Celui-ci affirme en effet détenir un manuscrit secret qui rend coupables de ne pas citer ce dernier tous ceux qui ne le possèdent pas, ou qui n’en connaissaient pas même l’existence. Nous avouons ce crime si c’en est un.
Cependant, M. Brecq comprendra-t-il que nous avons du mal à partager la théorie de l’élection par confiscation réussie ? Théorie selon laquelle certains adhérents d’un résidu de la tariqah valsanienne seraient les dépositaires de fait de l’héritage spirituel de l’œuvre de René Guénon, la preuve étant la permission divine qui leur aurait accordé la réussite du vol physique puis du maintien en confiscation de l’intégralité des manuscrits de cette œuvre à la famille Guénon, et de manière plus étendue à l’ensemble du public. Nous trouverions même cette théorie, qui permet d’arriver à se valoriser moralement en s’appuyant sur toutes les exactions possibles, tant qu’elles sont commises avec succès, vraiment burlesque, si les circonstances n’étaient pas si dramatiques. Utilisée sérieusement elle est abjecte, et il faut vraiment avoir tout l’obscurcissement qui caractérise les groupuscules sectaires pour l’employer sans honte.
L’œuvre de Guénon est destinée à être accessible à tous, pour pouvoir être atteinte par tous ceux qui peuvent la comprendre. Elle n’appartient à personne, cela vaut pour ses « amis » revendiqués, et cela vaudrait aussi pour le « meilleur guénonien » si ce titre n’était pas d’emblée une évidente absurdité.

Le Roi du Monde

et qui n’est point de celles auxquelles nous nous référons

ils avaient soulevé certainescertaine accusation de plagiat

s’il avait copié en partie la Mission de Ll’Inde

une époque d’obscurcissementobscurcissements et de confusion

la capitale d’AgarthiAgharti

note 6 : un des fondateurfondateurs du Brahma-Samâj

Cahiers du Mois

Juin 1926, Milarépa

des conditions irréalisables dans unle milieu européen actuel

Mais tout serait à citer, et il faut bien nous borner…

Vient de Paraître

Février 1926

Giovanni Gentile. – L’Esprit, acte pur.

Et toutefois l’impensable, du fait même qu’il est impensable, est pensé, car son impensibilitéimpensabilité est un penser. Ce n’est pas en soi, hors de la sphère de notre penser, qu’il est impensable. C’est nous qui le pensons comme l’impensable : c’est notre penser qui le pose comme l’impensable, ou plutôt c’est le penser qui se pose en lui, mais en lui comme impensable. »

Georges Groslier. – La Sculpture Khmère ancienne.

ce qu’il y a de vraiment original dans l’art Khmerkhmer

Avril 1926

Paul Choisnard. – Saint Thomas d’Aquin et l’influence des astres.

corriger l’étroitesse des interprétations courantes du Thomisme ; et il y a là un effort d’autant plus méritoire qu’il va à l’encontre de beaucoup de préjugés.

Juillet-août 1927

R. Schwaller de Lubicz. – L’Appel du Feu.

Il y a là-dedans quelques lueurs, parmi beaucoup de fatras grandiloquents

Novembre 1927

Phusis. – Près du Secret de la Vie, Essai de Morphologie universelle.

Que d’efforts dépensés en pure perte, et quel gaspillage

Émile Boutroux. – Des Vérités éternelles chez Descartes.

soit mise sur le même plan que cellescelle des rapports de la science et de la religion ?

P. V. Piobb. – Le secret de Nostradamus.

malgré les réserves qu’appelleraient peut-être quelques déductions poussées un peu trop loin

Décembre 1927

J. G. Frazer. – Les Dieux du Ciel.

Pour ceux qui ne sont pas disposés à accepter aveuglément de telles interprétations, lesdes ouvrages de ce genre ne peuvent valoir que comme recueils de faits

Avril 1928

Édouard Dujardin. – Le Dieu Jésus, essai sur les origines et sur la formation de la légende évangélique.

la conception « mythique », soutenue récemment par M. ChouchoudCouchoud

Georges Lanoë-Villène. – Le Livre des Symboles, dictionnaire de symbolique et de mythologie.

c’est d’ailleurs une chose bien curieuse que cette tendance qu’ont la plupart des Occidentaux à voir du Bouddhisme un peu partout

mai 1928 Augustin Jakubisiak. – Essai sur les limites de l’espace et du temps.

elles relèvent surtout de la philosophie des sciences tellestelle qu’on l’entend aujourd’hui

septembre-octobre 1928 Bertrand Russell. – Analyse de l’Esprit.

Parmi les récentes théories psychologiques, « behaviouristebehaviouristes » ou autres

Nombre 1928

M. Dugard. – Sur les frontières de la Foi.

Les objections adressées au christianisme par la « pensée moderne », et les réponses qu’il y apporte, témoignent pareillement du désarroi mental de notre époque

Mars 1928

J. Krishnamurti. – La Vie comme idéal.

les pensées congelées des hommes », et qu’« elles n’ont, selon lui

A. E. Powell. – Le Corps astral.

On trouveraretrouve là toutes les fantastiques assertions des « clairvoyants »

Décembre 1929

Georges Lanoë-Villène. – Le Livre des Symboles, dictionnaire de symbolique et de mythologie (Lettre C).

une foule de renseignements qui ne se rattacherattachent qu’assez indirectement au sujet

– Artículo*: tagada –

Más info en psico@mijasnatural.com / 607725547 MENADEL Psicología Clínica y Transpersonal Tradicional (Pneumatología) en Mijas y Fuengirola, MIJAS NATURAL

*No suscribimos necesariamente las opiniones o artículos aquí enlazados

– Enlace a artículo –

René Guénon – Articles et comptes rendus tome II

L’objet de cet errata est un peu spécial, puisque c’est un recueil qui n’existe pas au format papier, mais dont une version numérique a circulé ces dernières années de façon clandestine dans des milieux plus ou moins restreints.

Errata (non exhaustif)

Les morceaux qui manquaient sont surlignés en vert, ceux qui étaient en trop en rouge.

Les dualités cosmiques

Ces rapprochements peuvent sembler étrangersétranges à certains esprits

nous ne parlons que des idées, bien entendu

ce qui est pensé qui varie, mais seulement la façon de le penser.

celui de la science au sens ouoù l’entendent les modernes

notre intention n’est point de rechercher présentement la supériorité de l’un ou de l’autre des deux points de vue

comme l’effet d’une rupture avec la tradition, ; on se rapproche donc de celle-ci

Maintenant, toutes ces dualités, qui peuvent être en multiplicité indéfiniesindéfinie,

mais il y a un certain mérite et même un certain courage à dire desces choses, alors que tant d’autres, qui doivent pourtant savoir ce qu’il en est, gardent à ce sujet un silence obstiné

celles qu’on rencontre ordinairement lorsqu’il s’agit de l’« homme primitif », ; conception beaucoup plus juste à notre avis

d’une part l’influence de la philosophie bergsonniennebergsonienne

c’est dans l’ordre sentimental que les dualités psychologiques sont lesle plus apparentes

et nous ajouterons qu’on ne le fit pas davantage au moyen âge, ; mais, dans la doctrine aristotélicienne

est une des interprétations dont est susceptiblessusceptible le symbolisme de Caïn et d’Abel dans la Genèse hébraïque

car la conception de cycles fermés est radicalement fausse, comme celle de l’« éternel retour » qui en est l’inévitable conséquence

Quoiqu’ilQuoi qu’il en soit, l’hypothèse de la congélation finale

l’incandescence finale de l’univers et son refroidissentrefroidissement progressif

renoncer à poser la question en termes de vie et de mort, parce qu’un tel point de vue

quand on envisage les deux principes comme nous venons de le faire, il n’est pas possible de n’accorder

Nous avons fait allusion précédemment à l’existence de certains « pointpoints d’arrêt »

qui a aussi deux « parents », ou, pour parler plus exactement

et pourtant il n’est aucunement dualiste, dès lors qu’il laisse subsister

certaines conditions limitatives telles que l’espace etou le temps

note 1 : F. Alcan, Paris, 1919

note 10 : des symboles comme celui de l’« œuf du monde », qui se rencontrerencontrent dans la cosmogonie hindoue et dans bien d’autres traditions anciennes ; ces symboles

Le Christ Prêtre et Roi

auxquelles sont rattachésattachés respectivement l’autorité spirituelle et le pouvoir temporel

on peut aussi envisager les deux fonctions sacerdotale et royale comme étant, en quelque sorte, complémentairecomplémentaires l’une de l’autre

le lion, animal solaire et royal, emblème de cette tribu et plus spécialement de la famille de David qui est la sienne, devient ainsi son emblème personnel

Si le sacerdoce de Lévi, sous lequel le peuple a reçu la loi, avait pu rendre les hommes justes et parfaits

En effet, celui dont ces choses sont prédites est d’une autre tribu

ainsi que l’Écriture le déclare par ces mots : “Tu es prêtre éternellement selon l’ordre de Melchissedec” »

il l’est suivant l’ordre de Melchissedec, et, non selon l’ordre d’Aaron

du passage biblique où est relatérelatée la rencontre de Melchissedec avec Abraham

« Autant qu’il est constant que ce sacerdoce n’a pas été établi sans serment (car, au lieu que les autres prêtres ont été établis sans serment, celui-ci l’a été avec serment, Dieu lui ayant dit : Le Seigneur a juré, et son serment demeurera immuable, que tu seras prêtre éternellement selon l’ordre de Melchissedec) ; autant il est vrai que l’alliance dont Jésus est le médiateur et le garant est plus parfaite que la première »

Ce que nous avons voulu montrer surtout, c’est que l’ordre de Melchissedec est à la fois sacerdotal et royal et que par conséquent, l’application au Christ des paroles de l’Écriture qui s’y rapportent constitue l’affirmation expresse de ce double caractère. C’est aussi que l’union des deux pouvoirs en une même personne représente un principe supérieur à l’un et l’autre des ordres où s’exerces’exercent respectivement ces deux mêmes pouvoirs considérés séparément ; et, c’est pourquoi

Note 14 : En hébreuxhébreu, chaque lettre de l’alphabet a une valeur numérique

L’Ésotérisme du Graal

et la diffusion extérieure qu’àqu’a eue la légende du Graal

et qu’ellesquelles qu’en aient été d’ailleurs les modalités

Dès lorsqu’illors qu’il en est ainsi, certaines difficultés apparentes

de même que la lance, qui accompagne le Graal et qui en est en quelque sorte complémentaire, est une des figurations traditionnelles de l’« Axe du Monde »

Y a-t-il encore des possibilités initiatiques dans les formes traditionnelles occidentales ?

Y- a-t-il encore des possibilités initiatiques

en dépit des traces qu’on peut en trouverretrouver dans les écrits ou les monuments anciens

parce que, là du moins, il y a une méthode de réalisation active

Pour le Judaïsme, les choses, en tout cas, se présentent plus simplement, ce ne peut être en tout cas qu’à l’intérieur dedes monastères exclusivement

ou les mantras de la tradition hindoue, sans en obtenir le moindre résultat

Discours contre les discours

je croirai plutôt qu’une telle similitude, qui ne se fonde sur aucune communauté de race, se justifie seulement

il ne faut ni méconnaître ni mépriser ce qu’onont fait les Grecs dans divers domaines

le type le plus représentatif peut-être de lela mentalité hellénique

ni, d’autre part, de réagir outre mesure sur le domaine de l’action

voilà assurément une des premières leçons que nous devonsdevrons tirer des événements actuels

habituez-vous, sans retard, à envisager sérieusement l’avenir

Au sujet de ce discours, la reproduction faite par Michel Valsan dans les Études Traditionnelles comporte manifestement un passage manquant :

Il se peut que, parmi ces causes, il y en ait qui soient inhérentes à la nature humaine en général, ou plus particulièrement au tempérament de certains peuples ou de certains [passage manquant]

Le compilateur du présent recueil, à la place, a écrit « hommes ». A-t-il pu consulter la revue originale ou est-ce une suggestion de sa part ?
Nous lui avons posé la question dans les messages suivants :

tagada19 juillet 2017 à 12:26
A propos de corrections, pour le Discours contre les discours, avez-vous pu consulter la revue originale ? Dans la reproduction faite par Valsan dans les ET, on constate un passage manquant :
“Il se peut que, parmi ces causes, il y en ait qui soient inhérentes à la nature humaine en général, ou plus particulièrement au tempérament de certains peuples ou de certains [passage manquant]”
Dans votre recueil, vous indiquez, à cet endroit, « hommes ». SVP, pouvez-vous confirmer que cela se base bien sur la publication originale ?

tagada20 juillet 2017 à 08:44
Ce n’est pas une question piège, le bulletin municipal de Saint-Germain-en-Laye semble assez difficile à trouver, et donc si vous y aviez eu accès directement pour remplir le passage manquant ce serait super.

Mais il les a effacés sans y répondre ?! Nous supposons qu’il faut prendre cela comme une réponse négative. Donc pour l’instant le passage manquant devra rester en l’état.

Les Doctrines hindoues

comme désignant dece qui est « au delà de la nature »

ont par lalà même un caractère bien différent des sciences occidentales

cette réalisation peut avoir, en outre de la préparation théorique et après elle, d’autres moyens d’un ordre différent

Orient et Occident

La grande difficulté, nous le savons bien, c’est d’arriver à connaître ces idées orientales authentiques auxquelles nous faisons allusion, et cette difficulté est encore, pour une bonne part,

des théories empruntées à SchopenhaueurSchopenhauer

à un orientaliste qui, ayant cru bon de vanter la « critique » européenne devant un auditoire hindou, souleva les plus énergiques protestations

Au sujet de cet article, nous avons pris note de la remarque de M. Brecq dans le numéro 3 de la revue en ligne les Cahiers de l’Unité. Celui-ci affirme en effet détenir un manuscrit secret qui rend coupables de ne pas citer ce dernier tous ceux qui ne le possèdent pas, ou qui n’en connaissaient pas même l’existence. Nous avouons ce crime si c’en est un.
Cependant, M. Brecq comprendra-t-il que nous avons du mal à partager la théorie de l’élection par confiscation réussie ? Théorie selon laquelle certains adhérents d’un résidu de la tariqah valsanienne seraient les dépositaires de fait de l’héritage spirituel de l’œuvre de René Guénon, la preuve étant la permission divine qui leur aurait accordé la réussite du vol physique puis du maintien en confiscation de l’intégralité des manuscrits de cette œuvre à la famille Guénon, et de manière plus étendue à l’ensemble du public. Nous trouverions même cette théorie, qui permet d’arriver à se valoriser moralement en s’appuyant sur toutes les exactions possibles, tant qu’elles sont commises avec succès, vraiment burlesque, si les circonstances n’étaient pas si dramatiques. Utilisée sérieusement elle est abjecte, et il faut vraiment avoir tout l’obscurcissement qui caractérise les groupuscules sectaires pour l’employer sans honte.
L’œuvre de Guénon est destinée à être accessible à tous, pour pouvoir être atteinte par tous ceux qui peuvent la comprendre. Elle n’appartient à personne, cela vaut pour ses « amis » revendiqués, et cela vaudrait aussi pour le « meilleur guénonien » si ce titre n’était pas d’emblée une évidente absurdité.

Le Roi du Monde

et qui n’est point de celles auxquelles nous nous référons

ils avaient soulevé certainescertaine accusation de plagiat

s’il avait copié en partie la Mission de Ll’Inde

une époque d’obscurcissementobscurcissements et de confusion

la capitale d’AgarthiAgharti

note 6 : un des fondateurfondateurs du Brahma-Samâj

Cahiers du Mois

Juin 1926, Milarépa

des conditions irréalisables dans unle milieu européen actuel

Mais tout serait à citer, et il faut bien nous borner…

Vient de Paraître

Février 1926

Giovanni Gentile. – L’Esprit, acte pur.

Et toutefois l’impensable, du fait même qu’il est impensable, est pensé, car son impensibilitéimpensabilité est un penser. Ce n’est pas en soi, hors de la sphère de notre penser, qu’il est impensable. C’est nous qui le pensons comme l’impensable : c’est notre penser qui le pose comme l’impensable, ou plutôt c’est le penser qui se pose en lui, mais en lui comme impensable. »

Georges Groslier. – La Sculpture Khmère ancienne.

ce qu’il y a de vraiment original dans l’art Khmerkhmer

Avril 1926

Paul Choisnard. – Saint Thomas d’Aquin et l’influence des astres.

corriger l’étroitesse des interprétations courantes du Thomisme ; et il y a là un effort d’autant plus méritoire qu’il va à l’encontre de beaucoup de préjugés.

Juillet-août 1927

R. Schwaller de Lubicz. – L’Appel du Feu.

Il y a là-dedans quelques lueurs, parmi beaucoup de fatras grandiloquents

Novembre 1927

Phusis. – Près du Secret de la Vie, Essai de Morphologie universelle.

Que d’efforts dépensés en pure perte, et quel gaspillage

Émile Boutroux. – Des Vérités éternelles chez Descartes.

soit mise sur le même plan que cellescelle des rapports de la science et de la religion ?

P. V. Piobb. – Le secret de Nostradamus.

malgré les réserves qu’appelleraient peut-être quelques déductions poussées un peu trop loin

Décembre 1927

J. G. Frazer. – Les Dieux du Ciel.

Pour ceux qui ne sont pas disposés à accepter aveuglément de telles interprétations, lesdes ouvrages de ce genre ne peuvent valoir que comme recueils de faits

Avril 1928

Édouard Dujardin. – Le Dieu Jésus, essai sur les origines et sur la formation de la légende évangélique.

la conception « mythique », soutenue récemment par M. ChouchoudCouchoud

Georges Lanoë-Villène. – Le Livre des Symboles, dictionnaire de symbolique et de mythologie.

c’est d’ailleurs une chose bien curieuse que cette tendance qu’ont la plupart des Occidentaux à voir du Bouddhisme un peu partout

mai 1928 Augustin Jakubisiak. – Essai sur les limites de l’espace et du temps.

elles relèvent surtout de la philosophie des sciences tellestelle qu’on l’entend aujourd’hui

septembre-octobre 1928 Bertrand Russell. – Analyse de l’Esprit.

Parmi les récentes théories psychologiques, « behaviouristebehaviouristes » ou autres

Nombre 1928

M. Dugard. – Sur les frontières de la Foi.

Les objections adressées au christianisme par la « pensée moderne », et les réponses qu’il y apporte, témoignent pareillement du désarroi mental de notre époque

Mars 1928

J. Krishnamurti. – La Vie comme idéal.

les pensées congelées des hommes », et qu’« elles n’ont, selon lui

A. E. Powell. – Le Corps astral.

On trouveraretrouve là toutes les fantastiques assertions des « clairvoyants »

Décembre 1929

Georges Lanoë-Villène. – Le Livre des Symboles, dictionnaire de symbolique et de mythologie (Lettre C).

une foule de renseignements qui ne se rattacherattachent qu’assez indirectement au sujet

– Artículo*: tagada –

Más info en psico@mijasnatural.com / 607725547 MENADEL Psicología Clínica y Transpersonal Tradicional (Pneumatología) en Mijas y Fuengirola, MIJAS NATURAL

*No suscribimos necesariamente las opiniones o artículos aquí enlazados

– Enlace a artículo –

René Guénon – Articles et comptes rendus tome II

L’objet de cet errata est un peu spécial, puisque c’est un recueil qui n’existe pas au format papier, mais dont une version numérique a circulé ces dernières années de façon clandestine dans des milieux plus ou moins restreints.

Errata (non exhaustif)

Les morceaux qui manquaient sont surlignés en vert, ceux qui étaient en trop en rouge.

Les dualités cosmiques

Ces rapprochements peuvent sembler étrangersétranges à certains esprits

nous ne parlons que des idées, bien entendu

ce qui est pensé qui varie, mais seulement la façon de le penser.

celui de la science au sens ouoù l’entendent les modernes

notre intention n’est point de rechercher présentement la supériorité de l’un ou de l’autre des deux points de vue

comme l’effet d’une rupture avec la tradition, ; on se rapproche donc de celle-ci

Maintenant, toutes ces dualités, qui peuvent être en multiplicité indéfiniesindéfinie,

mais il y a un certain mérite et même un certain courage à dire desces choses, alors que tant d’autres, qui doivent pourtant savoir ce qu’il en est, gardent à ce sujet un silence obstiné

celles qu’on rencontre ordinairement lorsqu’il s’agit de l’« homme primitif », ; conception beaucoup plus juste à notre avis

d’une part l’influence de la philosophie bergsonniennebergsonienne

c’est dans l’ordre sentimental que les dualités psychologiques sont lesle plus apparentes

et nous ajouterons qu’on ne le fit pas davantage au moyen âge, ; mais, dans la doctrine aristotélicienne

est une des interprétations dont est susceptiblessusceptible le symbolisme de Caïn et d’Abel dans la Genèse hébraïque

car la conception de cycles fermés est radicalement fausse, comme celle de l’« éternel retour » qui en est l’inévitable conséquence

Quoiqu’ilQuoi qu’il en soit, l’hypothèse de la congélation finale

l’incandescence finale de l’univers et son refroidissentrefroidissement progressif

renoncer à poser la question en termes de vie et de mort, parce qu’un tel point de vue

quand on envisage les deux principes comme nous venons de le faire, il n’est pas possible de n’accorder

Nous avons fait allusion précédemment à l’existence de certains « pointpoints d’arrêt »

qui a aussi deux « parents », ou, pour parler plus exactement

et pourtant il n’est aucunement dualiste, dès lors qu’il laisse subsister

certaines conditions limitatives telles que l’espace etou le temps

note 1 : F. Alcan, Paris, 1919

note 10 : des symboles comme celui de l’« œuf du monde », qui se rencontrerencontrent dans la cosmogonie hindoue et dans bien d’autres traditions anciennes ; ces symboles

Le Christ Prêtre et Roi

auxquelles sont rattachésattachés respectivement l’autorité spirituelle et le pouvoir temporel

on peut aussi envisager les deux fonctions sacerdotale et royale comme étant, en quelque sorte, complémentairecomplémentaires l’une de l’autre

le lion, animal solaire et royal, emblème de cette tribu et plus spécialement de la famille de David qui est la sienne, devient ainsi son emblème personnel

Si le sacerdoce de Lévi, sous lequel le peuple a reçu la loi, avait pu rendre les hommes justes et parfaits

En effet, celui dont ces choses sont prédites est d’une autre tribu

ainsi que l’Écriture le déclare par ces mots : “Tu es prêtre éternellement selon l’ordre de Melchissedec” »

il l’est suivant l’ordre de Melchissedec, et, non selon l’ordre d’Aaron

du passage biblique où est relatérelatée la rencontre de Melchissedec avec Abraham

« Autant qu’il est constant que ce sacerdoce n’a pas été établi sans serment (car, au lieu que les autres prêtres ont été établis sans serment, celui-ci l’a été avec serment, Dieu lui ayant dit : Le Seigneur a juré, et son serment demeurera immuable, que tu seras prêtre éternellement selon l’ordre de Melchissedec) ; autant il est vrai que l’alliance dont Jésus est le médiateur et le garant est plus parfaite que la première »

Ce que nous avons voulu montrer surtout, c’est que l’ordre de Melchissedec est à la fois sacerdotal et royal et que par conséquent, l’application au Christ des paroles de l’Écriture qui s’y rapportent constitue l’affirmation expresse de ce double caractère. C’est aussi que l’union des deux pouvoirs en une même personne représente un principe supérieur à l’un et l’autre des ordres où s’exerces’exercent respectivement ces deux mêmes pouvoirs considérés séparément ; et, c’est pourquoi

Note 14 : En hébreuxhébreu, chaque lettre de l’alphabet a une valeur numérique

L’Ésotérisme du Graal

et la diffusion extérieure qu’àqu’a eue la légende du Graal

et qu’ellesquelles qu’en aient été d’ailleurs les modalités

Dès lorsqu’illors qu’il en est ainsi, certaines difficultés apparentes

de même que la lance, qui accompagne le Graal et qui en est en quelque sorte complémentaire, est une des figurations traditionnelles de l’« Axe du Monde »

Y a-t-il encore des possibilités initiatiques dans les formes traditionnelles occidentales ?

Y- a-t-il encore des possibilités initiatiques

en dépit des traces qu’on peut en trouverretrouver dans les écrits ou les monuments anciens

parce que, là du moins, il y a une méthode de réalisation active

Pour le Judaïsme, les choses, en tout cas, se présentent plus simplement, ce ne peut être en tout cas qu’à l’intérieur dedes monastères exclusivement

ou les mantras de la tradition hindoue, sans en obtenir le moindre résultat

Discours contre les discours

je croirai plutôt qu’une telle similitude, qui ne se fonde sur aucune communauté de race, se justifie seulement

il ne faut ni méconnaître ni mépriser ce qu’onont fait les Grecs dans divers domaines

le type le plus représentatif peut-être de lela mentalité hellénique

ni, d’autre part, de réagir outre mesure sur le domaine de l’action

voilà assurément une des premières leçons que nous devonsdevrons tirer des événements actuels

habituez-vous, sans retard, à envisager sérieusement l’avenir

Au sujet de ce discours, la reproduction faite par Michel Valsan dans les Études Traditionnelles comporte manifestement un passage manquant :

Il se peut que, parmi ces causes, il y en ait qui soient inhérentes à la nature humaine en général, ou plus particulièrement au tempérament de certains peuples ou de certains [passage manquant]

Le compilateur du présent recueil, à la place, a écrit « hommes ». A-t-il pu consulter la revue originale ou est-ce une suggestion de sa part ?
Nous lui avons posé la question dans les messages suivants :

tagada19 juillet 2017 à 12:26
A propos de corrections, pour le Discours contre les discours, avez-vous pu consulter la revue originale ? Dans la reproduction faite par Valsan dans les ET, on constate un passage manquant :
“Il se peut que, parmi ces causes, il y en ait qui soient inhérentes à la nature humaine en général, ou plus particulièrement au tempérament de certains peuples ou de certains [passage manquant]”
Dans votre recueil, vous indiquez, à cet endroit, « hommes ». SVP, pouvez-vous confirmer que cela se base bien sur la publication originale ?

tagada20 juillet 2017 à 08:44
Ce n’est pas une question piège, le bulletin municipal de Saint-Germain-en-Laye semble assez difficile à trouver, et donc si vous y aviez eu accès directement pour remplir le passage manquant ce serait super.

Mais il les a effacés sans y répondre ?! Nous supposons qu’il faut prendre cela comme une réponse négative. Donc pour l’instant le passage manquant devra rester en l’état.

Les Doctrines hindoues

comme désignant dece qui est « au delà de la nature »

ont par lalà même un caractère bien différent des sciences occidentales

cette réalisation peut avoir, en outre de la préparation théorique et après elle, d’autres moyens d’un ordre différent

Orient et Occident

La grande difficulté, nous le savons bien, c’est d’arriver à connaître ces idées orientales authentiques auxquelles nous faisons allusion, et cette difficulté est encore, pour une bonne part,

des théories empruntées à SchopenhaueurSchopenhauer

à un orientaliste qui, ayant cru bon de vanter la « critique » européenne devant un auditoire hindou, souleva les plus énergiques protestations

Au sujet de cet article, nous avons pris note de la remarque de M. Brecq dans le numéro 3 de la revue en ligne les Cahiers de l’Unité. Celui-ci affirme en effet détenir un manuscrit secret qui rend coupables de ne pas citer ce dernier tous ceux qui ne le possèdent pas, ou qui n’en connaissaient pas même l’existence. Nous avouons ce crime si c’en est un.
Cependant, M. Brecq comprendra-t-il que nous avons du mal à partager la théorie de l’élection par confiscation réussie ? Théorie selon laquelle certains adhérents d’un résidu de la tariqah valsanienne seraient les dépositaires de fait de l’héritage spirituel de l’œuvre de René Guénon, la preuve étant la permission divine qui leur aurait accordé la réussite du vol physique puis du maintien en confiscation de l’intégralité des manuscrits de cette œuvre à la famille Guénon, et de manière plus étendue à l’ensemble du public. Nous trouverions même cette théorie, qui permet d’arriver à se valoriser moralement en s’appuyant sur toutes les exactions possibles, tant qu’elles sont commises avec succès, vraiment burlesque, si les circonstances n’étaient pas si dramatiques. Utilisée sérieusement elle est abjecte, et il faut vraiment avoir tout l’obscurcissement qui caractérise les groupuscules sectaires pour l’employer sans honte.
L’œuvre de Guénon est destinée à être accessible à tous, pour pouvoir être atteinte par tous ceux qui peuvent la comprendre. Elle n’appartient à personne, cela vaut pour ses « amis » revendiqués, et cela vaudrait aussi pour le « meilleur guénonien » si ce titre n’était pas d’emblée une évidente absurdité.

Le Roi du Monde

et qui n’est point de celles auxquelles nous nous référons

ils avaient soulevé certainescertaine accusation de plagiat

s’il avait copié en partie la Mission de Ll’Inde

une époque d’obscurcissementobscurcissements et de confusion

la capitale d’AgarthiAgharti

note 6 : un des fondateurfondateurs du Brahma-Samâj

Cahiers du Mois

Juin 1926, Milarépa

des conditions irréalisables dans unle milieu européen actuel

Mais tout serait à citer, et il faut bien nous borner…

Vient de Paraître

Février 1926

Giovanni Gentile. – L’Esprit, acte pur.

Et toutefois l’impensable, du fait même qu’il est impensable, est pensé, car son impensibilitéimpensabilité est un penser. Ce n’est pas en soi, hors de la sphère de notre penser, qu’il est impensable. C’est nous qui le pensons comme l’impensable : c’est notre penser qui le pose comme l’impensable, ou plutôt c’est le penser qui se pose en lui, mais en lui comme impensable. »

Georges Groslier. – La Sculpture Khmère ancienne.

ce qu’il y a de vraiment original dans l’art Khmerkhmer

Avril 1926

Paul Choisnard. – Saint Thomas d’Aquin et l’influence des astres.

corriger l’étroitesse des interprétations courantes du Thomisme ; et il y a là un effort d’autant plus méritoire qu’il va à l’encontre de beaucoup de préjugés.

Juillet-août 1927

R. Schwaller de Lubicz. – L’Appel du Feu.

Il y a là-dedans quelques lueurs, parmi beaucoup de fatras grandiloquents

Novembre 1927

Phusis. – Près du Secret de la Vie, Essai de Morphologie universelle.

Que d’efforts dépensés en pure perte, et quel gaspillage

Émile Boutroux. – Des Vérités éternelles chez Descartes.

soit mise sur le même plan que cellescelle des rapports de la science et de la religion ?

P. V. Piobb. – Le secret de Nostradamus.

malgré les réserves qu’appelleraient peut-être quelques déductions poussées un peu trop loin

Décembre 1927

J. G. Frazer. – Les Dieux du Ciel.

Pour ceux qui ne sont pas disposés à accepter aveuglément de telles interprétations, lesdes ouvrages de ce genre ne peuvent valoir que comme recueils de faits

Avril 1928

Édouard Dujardin. – Le Dieu Jésus, essai sur les origines et sur la formation de la légende évangélique.

la conception « mythique », soutenue récemment par M. ChouchoudCouchoud

Georges Lanoë-Villène. – Le Livre des Symboles, dictionnaire de symbolique et de mythologie.

c’est d’ailleurs une chose bien curieuse que cette tendance qu’ont la plupart des Occidentaux à voir du Bouddhisme un peu partout

mai 1928 Augustin Jakubisiak. – Essai sur les limites de l’espace et du temps.

elles relèvent surtout de la philosophie des sciences tellestelle qu’on l’entend aujourd’hui

septembre-octobre 1928 Bertrand Russell. – Analyse de l’Esprit.

Parmi les récentes théories psychologiques, « behaviouristebehaviouristes » ou autres

Nombre 1928

M. Dugard. – Sur les frontières de la Foi.

Les objections adressées au christianisme par la « pensée moderne », et les réponses qu’il y apporte, témoignent pareillement du désarroi mental de notre époque

Mars 1928

J. Krishnamurti. – La Vie comme idéal.

les pensées congelées des hommes », et qu’« elles n’ont, selon lui

A. E. Powell. – Le Corps astral.

On trouveraretrouve là toutes les fantastiques assertions des « clairvoyants »

Décembre 1929

Georges Lanoë-Villène. – Le Livre des Symboles, dictionnaire de symbolique et de mythologie (Lettre C).

une foule de renseignements qui ne se rattacherattachent qu’assez indirectement au sujet

– Artículo*: tagada –

Más info en psico@mijasnatural.com / 607725547 MENADEL Psicología Clínica y Transpersonal Tradicional (Pneumatología) en Mijas y Fuengirola, MIJAS NATURAL

*No suscribimos necesariamente las opiniones o artículos aquí enlazados

– Enlace a artículo –

René Guénon – Articles et comptes rendus tome II

L’objet de cet errata est un peu spécial, puisque c’est un recueil qui n’existe pas au format papier, mais dont une version numérique a circulé ces dernières années de façon clandestine dans des milieux plus ou moins restreints.

Errata (non exhaustif)

Les morceaux qui manquaient sont surlignés en vert, ceux qui étaient en trop en rouge.

Les dualités cosmiques

Ces rapprochements peuvent sembler étrangersétranges à certains esprits

nous ne parlons que des idées, bien entendu

ce qui est pensé qui varie, mais seulement la façon de le penser.

celui de la science au sens ouoù l’entendent les modernes

notre intention n’est point de rechercher présentement la supériorité de l’un ou de l’autre des deux points de vue

comme l’effet d’une rupture avec la tradition, ; on se rapproche donc de celle-ci

Maintenant, toutes ces dualités, qui peuvent être en multiplicité indéfiniesindéfinie,

mais il y a un certain mérite et même un certain courage à dire desces choses, alors que tant d’autres, qui doivent pourtant savoir ce qu’il en est, gardent à ce sujet un silence obstiné

celles qu’on rencontre ordinairement lorsqu’il s’agit de l’« homme primitif », ; conception beaucoup plus juste à notre avis

d’une part l’influence de la philosophie bergsonniennebergsonienne

c’est dans l’ordre sentimental que les dualités psychologiques sont lesle plus apparentes

et nous ajouterons qu’on ne le fit pas davantage au moyen âge, ; mais, dans la doctrine aristotélicienne

est une des interprétations dont est susceptiblessusceptible le symbolisme de Caïn et d’Abel dans la Genèse hébraïque

car la conception de cycles fermés est radicalement fausse, comme celle de l’« éternel retour » qui en est l’inévitable conséquence

Quoiqu’ilQuoi qu’il en soit, l’hypothèse de la congélation finale

l’incandescence finale de l’univers et son refroidissentrefroidissement progressif

renoncer à poser la question en termes de vie et de mort, parce qu’un tel point de vue

quand on envisage les deux principes comme nous venons de le faire, il n’est pas possible de n’accorder

Nous avons fait allusion précédemment à l’existence de certains « pointpoints d’arrêt »

qui a aussi deux « parents », ou, pour parler plus exactement

et pourtant il n’est aucunement dualiste, dès lors qu’il laisse subsister

certaines conditions limitatives telles que l’espace etou le temps

note 1 : F. Alcan, Paris, 1919

note 10 : des symboles comme celui de l’« œuf du monde », qui se rencontrerencontrent dans la cosmogonie hindoue et dans bien d’autres traditions anciennes ; ces symboles

Le Christ Prêtre et Roi

auxquelles sont rattachésattachés respectivement l’autorité spirituelle et le pouvoir temporel

on peut aussi envisager les deux fonctions sacerdotale et royale comme étant, en quelque sorte, complémentairecomplémentaires l’une de l’autre

le lion, animal solaire et royal, emblème de cette tribu et plus spécialement de la famille de David qui est la sienne, devient ainsi son emblème personnel

Si le sacerdoce de Lévi, sous lequel le peuple a reçu la loi, avait pu rendre les hommes justes et parfaits

En effet, celui dont ces choses sont prédites est d’une autre tribu

ainsi que l’Écriture le déclare par ces mots : “Tu es prêtre éternellement selon l’ordre de Melchissedec” »

il l’est suivant l’ordre de Melchissedec, et, non selon l’ordre d’Aaron

du passage biblique où est relatérelatée la rencontre de Melchissedec avec Abraham

« Autant qu’il est constant que ce sacerdoce n’a pas été établi sans serment (car, au lieu que les autres prêtres ont été établis sans serment, celui-ci l’a été avec serment, Dieu lui ayant dit : Le Seigneur a juré, et son serment demeurera immuable, que tu seras prêtre éternellement selon l’ordre de Melchissedec) ; autant il est vrai que l’alliance dont Jésus est le médiateur et le garant est plus parfaite que la première »

Ce que nous avons voulu montrer surtout, c’est que l’ordre de Melchissedec est à la fois sacerdotal et royal et que par conséquent, l’application au Christ des paroles de l’Écriture qui s’y rapportent constitue l’affirmation expresse de ce double caractère. C’est aussi que l’union des deux pouvoirs en une même personne représente un principe supérieur à l’un et l’autre des ordres où s’exerces’exercent respectivement ces deux mêmes pouvoirs considérés séparément ; et, c’est pourquoi

Note 14 : En hébreuxhébreu, chaque lettre de l’alphabet a une valeur numérique

L’Ésotérisme du Graal

et la diffusion extérieure qu’àqu’a eue la légende du Graal

et qu’ellesquelles qu’en aient été d’ailleurs les modalités

Dès lorsqu’illors qu’il en est ainsi, certaines difficultés apparentes

de même que la lance, qui accompagne le Graal et qui en est en quelque sorte complémentaire, est une des figurations traditionnelles de l’« Axe du Monde »

Y a-t-il encore des possibilités initiatiques dans les formes traditionnelles occidentales ?

Y- a-t-il encore des possibilités initiatiques

en dépit des traces qu’on peut en trouverretrouver dans les écrits ou les monuments anciens

parce que, là du moins, il y a une méthode de réalisation active

Pour le Judaïsme, les choses, en tout cas, se présentent plus simplement, ce ne peut être en tout cas qu’à l’intérieur dedes monastères exclusivement

ou les mantras de la tradition hindoue, sans en obtenir le moindre résultat

Discours contre les discours

je croirai plutôt qu’une telle similitude, qui ne se fonde sur aucune communauté de race, se justifie seulement

il ne faut ni méconnaître ni mépriser ce qu’onont fait les Grecs dans divers domaines

le type le plus représentatif peut-être de lela mentalité hellénique

ni, d’autre part, de réagir outre mesure sur le domaine de l’action

voilà assurément une des premières leçons que nous devonsdevrons tirer des événements actuels

habituez-vous, sans retard, à envisager sérieusement l’avenir

Au sujet de ce discours, la reproduction faite par Michel Valsan dans les Études Traditionnelles comporte manifestement un passage manquant :

Il se peut que, parmi ces causes, il y en ait qui soient inhérentes à la nature humaine en général, ou plus particulièrement au tempérament de certains peuples ou de certains [passage manquant]

Le compilateur du présent recueil, à la place, a écrit « hommes ». A-t-il pu consulter la revue originale ou est-ce une suggestion de sa part ?
Nous lui avons posé la question dans les messages suivants :

tagada19 juillet 2017 à 12:26
A propos de corrections, pour le Discours contre les discours, avez-vous pu consulter la revue originale ? Dans la reproduction faite par Valsan dans les ET, on constate un passage manquant :
“Il se peut que, parmi ces causes, il y en ait qui soient inhérentes à la nature humaine en général, ou plus particulièrement au tempérament de certains peuples ou de certains [passage manquant]”
Dans votre recueil, vous indiquez, à cet endroit, « hommes ». SVP, pouvez-vous confirmer que cela se base bien sur la publication originale ?

tagada20 juillet 2017 à 08:44
Ce n’est pas une question piège, le bulletin municipal de Saint-Germain-en-Laye semble assez difficile à trouver, et donc si vous y aviez eu accès directement pour remplir le passage manquant ce serait super.

Mais il les a effacés sans y répondre ?! Nous supposons qu’il faut prendre cela comme une réponse négative. Donc pour l’instant le passage manquant devra rester en l’état.

Les Doctrines hindoues

comme désignant dece qui est « au delà de la nature »

ont par lalà même un caractère bien différent des sciences occidentales

cette réalisation peut avoir, en outre de la préparation théorique et après elle, d’autres moyens d’un ordre différent

Orient et Occident

La grande difficulté, nous le savons bien, c’est d’arriver à connaître ces idées orientales authentiques auxquelles nous faisons allusion, et cette difficulté est encore, pour une bonne part,

des théories empruntées à SchopenhaueurSchopenhauer

à un orientaliste qui, ayant cru bon de vanter la « critique » européenne devant un auditoire hindou, souleva les plus énergiques protestations

Au sujet de cet article, nous avons pris note de la remarque de M. Brecq dans le numéro 3 de la revue en ligne les Cahiers de l’Unité. Celui-ci affirme en effet détenir un manuscrit secret qui rend coupables de ne pas citer ce dernier tous ceux qui ne le possèdent pas, ou qui n’en connaissaient pas même l’existence. Nous avouons ce crime si c’en est un.
Cependant, M. Brecq comprendra-t-il que nous avons du mal à partager la théorie de l’élection par confiscation réussie ? Théorie selon laquelle certains adhérents d’un résidu de la tariqah valsanienne seraient les dépositaires de fait de l’héritage spirituel de l’œuvre de René Guénon, la preuve étant la permission divine qui leur aurait accordé la réussite du vol physique puis du maintien en confiscation de l’intégralité des manuscrits de cette œuvre à la famille Guénon, et de manière plus étendue à l’ensemble du public. Nous trouverions même cette théorie, qui permet d’arriver à se valoriser moralement en s’appuyant sur toutes les exactions possibles, tant qu’elles sont commises avec succès, vraiment burlesque, si les circonstances n’étaient pas si dramatiques. Utilisée sérieusement elle est abjecte, et il faut vraiment avoir tout l’obscurcissement qui caractérise les groupuscules sectaires pour l’employer sans honte.
L’œuvre de Guénon est destinée à être accessible à tous, pour pouvoir être atteinte par tous ceux qui peuvent la comprendre. Elle n’appartient à personne, cela vaut pour ses « amis » revendiqués, et cela vaudrait aussi pour le « meilleur guénonien » si ce titre n’était pas d’emblée une évidente absurdité.

Le Roi du Monde

et qui n’est point de celles auxquelles nous nous référons

ils avaient soulevé certainescertaine accusation de plagiat

s’il avait copié en partie la Mission de Ll’Inde

une époque d’obscurcissementobscurcissements et de confusion

la capitale d’AgarthiAgharti

note 6 : un des fondateurfondateurs du Brahma-Samâj

Cahiers du Mois

Juin 1926, Milarépa

des conditions irréalisables dans unle milieu européen actuel

Mais tout serait à citer, et il faut bien nous borner…

Vient de Paraître

Février 1926

Giovanni Gentile. – L’Esprit, acte pur.

Et toutefois l’impensable, du fait même qu’il est impensable, est pensé, car son impensibilitéimpensabilité est un penser. Ce n’est pas en soi, hors de la sphère de notre penser, qu’il est impensable. C’est nous qui le pensons comme l’impensable : c’est notre penser qui le pose comme l’impensable, ou plutôt c’est le penser qui se pose en lui, mais en lui comme impensable. »

Georges Groslier. – La Sculpture Khmère ancienne.

ce qu’il y a de vraiment original dans l’art Khmerkhmer

Avril 1926

Paul Choisnard. – Saint Thomas d’Aquin et l’influence des astres.

corriger l’étroitesse des interprétations courantes du Thomisme ; et il y a là un effort d’autant plus méritoire qu’il va à l’encontre de beaucoup de préjugés.

Juillet-août 1927

R. Schwaller de Lubicz. – L’Appel du Feu.

Il y a là-dedans quelques lueurs, parmi beaucoup de fatras grandiloquents

Novembre 1927

Phusis. – Près du Secret de la Vie, Essai de Morphologie universelle.

Que d’efforts dépensés en pure perte, et quel gaspillage

Émile Boutroux. – Des Vérités éternelles chez Descartes.

soit mise sur le même plan que cellescelle des rapports de la science et de la religion ?

P. V. Piobb. – Le secret de Nostradamus.

malgré les réserves qu’appelleraient peut-être quelques déductions poussées un peu trop loin

Décembre 1927

J. G. Frazer. – Les Dieux du Ciel.

Pour ceux qui ne sont pas disposés à accepter aveuglément de telles interprétations, lesdes ouvrages de ce genre ne peuvent valoir que comme recueils de faits

Avril 1928

Édouard Dujardin. – Le Dieu Jésus, essai sur les origines et sur la formation de la légende évangélique.

la conception « mythique », soutenue récemment par M. ChouchoudCouchoud

Georges Lanoë-Villène. – Le Livre des Symboles, dictionnaire de symbolique et de mythologie.

c’est d’ailleurs une chose bien curieuse que cette tendance qu’ont la plupart des Occidentaux à voir du Bouddhisme un peu partout

mai 1928 Augustin Jakubisiak. – Essai sur les limites de l’espace et du temps.

elles relèvent surtout de la philosophie des sciences tellestelle qu’on l’entend aujourd’hui

septembre-octobre 1928 Bertrand Russell. – Analyse de l’Esprit.

Parmi les récentes théories psychologiques, « behaviouristebehaviouristes » ou autres

Nombre 1928

M. Dugard. – Sur les frontières de la Foi.

Les objections adressées au christianisme par la « pensée moderne », et les réponses qu’il y apporte, témoignent pareillement du désarroi mental de notre époque

Mars 1928

J. Krishnamurti. – La Vie comme idéal.

les pensées congelées des hommes », et qu’« elles n’ont, selon lui

A. E. Powell. – Le Corps astral.

On trouveraretrouve là toutes les fantastiques assertions des « clairvoyants »

Décembre 1929

Georges Lanoë-Villène. – Le Livre des Symboles, dictionnaire de symbolique et de mythologie (Lettre C).

une foule de renseignements qui ne se rattacherattachent qu’assez indirectement au sujet

– Artículo*: tagada –

Más info en psico@mijasnatural.com / 607725547 MENADEL Psicología Clínica y Transpersonal Tradicional (Pneumatología) en Mijas y Fuengirola, MIJAS NATURAL

*No suscribimos necesariamente las opiniones o artículos aquí enlazados

– Enlace a artículo –

René Guénon – Articles et comptes rendus tome II

L’objet de cet errata est un peu spécial, puisque c’est un recueil qui n’existe pas au format papier, mais dont une version numérique a circulé ces dernières années de façon clandestine dans des milieux plus ou moins restreints.

Errata (non exhaustif)

Les morceaux qui manquaient sont surlignés en vert, ceux qui étaient en trop en rouge.

Les dualités cosmiques

Ces rapprochements peuvent sembler étrangersétranges à certains esprits

nous ne parlons que des idées, bien entendu

ce qui est pensé qui varie, mais seulement la façon de le penser.

celui de la science au sens ouoù l’entendent les modernes

notre intention n’est point de rechercher présentement la supériorité de l’un ou de l’autre des deux points de vue

comme l’effet d’une rupture avec la tradition, ; on se rapproche donc de celle-ci

Maintenant, toutes ces dualités, qui peuvent être en multiplicité indéfiniesindéfinie,

mais il y a un certain mérite et même un certain courage à dire desces choses, alors que tant d’autres, qui doivent pourtant savoir ce qu’il en est, gardent à ce sujet un silence obstiné

celles qu’on rencontre ordinairement lorsqu’il s’agit de l’« homme primitif », ; conception beaucoup plus juste à notre avis

d’une part l’influence de la philosophie bergsonniennebergsonienne

c’est dans l’ordre sentimental que les dualités psychologiques sont lesle plus apparentes

et nous ajouterons qu’on ne le fit pas davantage au moyen âge, ; mais, dans la doctrine aristotélicienne

est une des interprétations dont est susceptiblessusceptible le symbolisme de Caïn et d’Abel dans la Genèse hébraïque

car la conception de cycles fermés est radicalement fausse, comme celle de l’« éternel retour » qui en est l’inévitable conséquence

Quoiqu’ilQuoi qu’il en soit, l’hypothèse de la congélation finale

l’incandescence finale de l’univers et son refroidissentrefroidissement progressif

renoncer à poser la question en termes de vie et de mort, parce qu’un tel point de vue

quand on envisage les deux principes comme nous venons de le faire, il n’est pas possible de n’accorder

Nous avons fait allusion précédemment à l’existence de certains « pointpoints d’arrêt »

qui a aussi deux « parents », ou, pour parler plus exactement

et pourtant il n’est aucunement dualiste, dès lors qu’il laisse subsister

certaines conditions limitatives telles que l’espace etou le temps

note 1 : F. Alcan, Paris, 1919

note 10 : des symboles comme celui de l’« œuf du monde », qui se rencontrerencontrent dans la cosmogonie hindoue et dans bien d’autres traditions anciennes ; ces symboles

Le Christ Prêtre et Roi

auxquelles sont rattachésattachés respectivement l’autorité spirituelle et le pouvoir temporel

on peut aussi envisager les deux fonctions sacerdotale et royale comme étant, en quelque sorte, complémentairecomplémentaires l’une de l’autre

le lion, animal solaire et royal, emblème de cette tribu et plus spécialement de la famille de David qui est la sienne, devient ainsi son emblème personnel

Si le sacerdoce de Lévi, sous lequel le peuple a reçu la loi, avait pu rendre les hommes justes et parfaits

En effet, celui dont ces choses sont prédites est d’une autre tribu

ainsi que l’Écriture le déclare par ces mots : “Tu es prêtre éternellement selon l’ordre de Melchissedec” »

il l’est suivant l’ordre de Melchissedec, et, non selon l’ordre d’Aaron

du passage biblique où est relatérelatée la rencontre de Melchissedec avec Abraham

« Autant qu’il est constant que ce sacerdoce n’a pas été établi sans serment (car, au lieu que les autres prêtres ont été établis sans serment, celui-ci l’a été avec serment, Dieu lui ayant dit : Le Seigneur a juré, et son serment demeurera immuable, que tu seras prêtre éternellement selon l’ordre de Melchissedec) ; autant il est vrai que l’alliance dont Jésus est le médiateur et le garant est plus parfaite que la première »

Ce que nous avons voulu montrer surtout, c’est que l’ordre de Melchissedec est à la fois sacerdotal et royal et que par conséquent, l’application au Christ des paroles de l’Écriture qui s’y rapportent constitue l’affirmation expresse de ce double caractère. C’est aussi que l’union des deux pouvoirs en une même personne représente un principe supérieur à l’un et l’autre des ordres où s’exerces’exercent respectivement ces deux mêmes pouvoirs considérés séparément ; et, c’est pourquoi

Note 14 : En hébreuxhébreu, chaque lettre de l’alphabet a une valeur numérique

L’Ésotérisme du Graal

et la diffusion extérieure qu’àqu’a eue la légende du Graal

et qu’ellesquelles qu’en aient été d’ailleurs les modalités

Dès lorsqu’illors qu’il en est ainsi, certaines difficultés apparentes

de même que la lance, qui accompagne le Graal et qui en est en quelque sorte complémentaire, est une des figurations traditionnelles de l’« Axe du Monde »

Y a-t-il encore des possibilités initiatiques dans les formes traditionnelles occidentales ?

Y- a-t-il encore des possibilités initiatiques

en dépit des traces qu’on peut en trouverretrouver dans les écrits ou les monuments anciens

parce que, là du moins, il y a une méthode de réalisation active

Pour le Judaïsme, les choses, en tout cas, se présentent plus simplement, ce ne peut être en tout cas qu’à l’intérieur dedes monastères exclusivement

ou les mantras de la tradition hindoue, sans en obtenir le moindre résultat

Discours contre les discours

je croirai plutôt qu’une telle similitude, qui ne se fonde sur aucune communauté de race, se justifie seulement

il ne faut ni méconnaître ni mépriser ce qu’onont fait les Grecs dans divers domaines

le type le plus représentatif peut-être de lela mentalité hellénique

ni, d’autre part, de réagir outre mesure sur le domaine de l’action

voilà assurément une des premières leçons que nous devonsdevrons tirer des événements actuels

habituez-vous, sans retard, à envisager sérieusement l’avenir

Au sujet de ce discours, la reproduction faite par Michel Valsan dans les Études Traditionnelles comporte manifestement un passage manquant :

Il se peut que, parmi ces causes, il y en ait qui soient inhérentes à la nature humaine en général, ou plus particulièrement au tempérament de certains peuples ou de certains [passage manquant]

Le compilateur du présent recueil, à la place, a écrit « hommes ». A-t-il pu consulter la revue originale ou est-ce une suggestion de sa part ?
Nous lui avons posé la question dans les messages suivants :

tagada19 juillet 2017 à 12:26
A propos de corrections, pour le Discours contre les discours, avez-vous pu consulter la revue originale ? Dans la reproduction faite par Valsan dans les ET, on constate un passage manquant :
“Il se peut que, parmi ces causes, il y en ait qui soient inhérentes à la nature humaine en général, ou plus particulièrement au tempérament de certains peuples ou de certains [passage manquant]”
Dans votre recueil, vous indiquez, à cet endroit, « hommes ». SVP, pouvez-vous confirmer que cela se base bien sur la publication originale ?

tagada20 juillet 2017 à 08:44
Ce n’est pas une question piège, le bulletin municipal de Saint-Germain-en-Laye semble assez difficile à trouver, et donc si vous y aviez eu accès directement pour remplir le passage manquant ce serait super.

Mais il les a effacés sans y répondre ?! Nous supposons qu’il faut prendre cela comme une réponse négative. Donc pour l’instant le passage manquant devra rester en l’état.

Les Doctrines hindoues

comme désignant dece qui est « au delà de la nature »

ont par lalà même un caractère bien différent des sciences occidentales

cette réalisation peut avoir, en outre de la préparation théorique et après elle, d’autres moyens d’un ordre différent

Orient et Occident

La grande difficulté, nous le savons bien, c’est d’arriver à connaître ces idées orientales authentiques auxquelles nous faisons allusion, et cette difficulté est encore, pour une bonne part,

des théories empruntées à SchopenhaueurSchopenhauer

à un orientaliste qui, ayant cru bon de vanter la « critique » européenne devant un auditoire hindou, souleva les plus énergiques protestations

Au sujet de cet article, nous avons pris note de la remarque de M. Brecq dans le numéro 3 de la revue en ligne les Cahiers de l’Unité. Celui-ci affirme en effet détenir un manuscrit secret qui rend coupables de ne pas citer ce dernier tous ceux qui ne le possèdent pas, ou qui n’en connaissaient pas même l’existence. Nous avouons ce crime si c’en est un.
Cependant, M. Brecq comprendra-t-il que nous avons du mal à partager la théorie de l’élection par confiscation réussie ? Théorie selon laquelle certains adhérents d’un résidu de la tariqah valsanienne seraient les dépositaires de fait de l’héritage spirituel de l’œuvre de René Guénon, la preuve étant la permission divine qui leur aurait accordé la réussite du vol physique puis du maintien en confiscation de l’intégralité des manuscrits de cette œuvre à la famille Guénon, et de manière plus étendue à l’ensemble du public. Nous trouverions même cette théorie, qui permet d’arriver à se valoriser moralement en s’appuyant sur toutes les exactions possibles, tant qu’elles sont commises avec succès, vraiment burlesque, si les circonstances n’étaient pas si dramatiques. Utilisée sérieusement elle est abjecte, et il faut vraiment avoir tout l’obscurcissement qui caractérise les groupuscules sectaires pour l’employer sans honte.
L’œuvre de Guénon est destinée à être accessible à tous, pour pouvoir être atteinte par tous ceux qui peuvent la comprendre. Elle n’appartient à personne, cela vaut pour ses « amis » revendiqués, et cela vaudrait aussi pour le « meilleur guénonien » si ce titre n’était pas d’emblée une évidente absurdité.

Le Roi du Monde

et qui n’est point de celles auxquelles nous nous référons

ils avaient soulevé certainescertaine accusation de plagiat

s’il avait copié en partie la Mission de Ll’Inde

une époque d’obscurcissementobscurcissements et de confusion

la capitale d’AgarthiAgharti

note 6 : un des fondateurfondateurs du Brahma-Samâj

Cahiers du Mois

Juin 1926, Milarépa

des conditions irréalisables dans unle milieu européen actuel

Mais tout serait à citer, et il faut bien nous borner…

Vient de Paraître

Février 1926

Giovanni Gentile. – L’Esprit, acte pur.

Et toutefois l’impensable, du fait même qu’il est impensable, est pensé, car son impensibilitéimpensabilité est un penser. Ce n’est pas en soi, hors de la sphère de notre penser, qu’il est impensable. C’est nous qui le pensons comme l’impensable : c’est notre penser qui le pose comme l’impensable, ou plutôt c’est le penser qui se pose en lui, mais en lui comme impensable. »

Georges Groslier. – La Sculpture Khmère ancienne.

ce qu’il y a de vraiment original dans l’art Khmerkhmer

Avril 1926

Paul Choisnard. – Saint Thomas d’Aquin et l’influence des astres.

corriger l’étroitesse des interprétations courantes du Thomisme ; et il y a là un effort d’autant plus méritoire qu’il va à l’encontre de beaucoup de préjugés.

Juillet-août 1927

R. Schwaller de Lubicz. – L’Appel du Feu.

Il y a là-dedans quelques lueurs, parmi beaucoup de fatras grandiloquents

Novembre 1927

Phusis. – Près du Secret de la Vie, Essai de Morphologie universelle.

Que d’efforts dépensés en pure perte, et quel gaspillage

Émile Boutroux. – Des Vérités éternelles chez Descartes.

soit mise sur le même plan que cellescelle des rapports de la science et de la religion ?

P. V. Piobb. – Le secret de Nostradamus.

malgré les réserves qu’appelleraient peut-être quelques déductions poussées un peu trop loin

Décembre 1927

J. G. Frazer. – Les Dieux du Ciel.

Pour ceux qui ne sont pas disposés à accepter aveuglément de telles interprétations, lesdes ouvrages de ce genre ne peuvent valoir que comme recueils de faits

Avril 1928

Édouard Dujardin. – Le Dieu Jésus, essai sur les origines et sur la formation de la légende évangélique.

la conception « mythique », soutenue récemment par M. ChouchoudCouchoud

Georges Lanoë-Villène. – Le Livre des Symboles, dictionnaire de symbolique et de mythologie.

c’est d’ailleurs une chose bien curieuse que cette tendance qu’ont la plupart des Occidentaux à voir du Bouddhisme un peu partout

mai 1928 Augustin Jakubisiak. – Essai sur les limites de l’espace et du temps.

elles relèvent surtout de la philosophie des sciences tellestelle qu’on l’entend aujourd’hui

septembre-octobre 1928 Bertrand Russell. – Analyse de l’Esprit.

Parmi les récentes théories psychologiques, « behaviouristebehaviouristes » ou autres

Nombre 1928

M. Dugard. – Sur les frontières de la Foi.

Les objections adressées au christianisme par la « pensée moderne », et les réponses qu’il y apporte, témoignent pareillement du désarroi mental de notre époque

Mars 1928

J. Krishnamurti. – La Vie comme idéal.

les pensées congelées des hommes », et qu’« elles n’ont, selon lui

A. E. Powell. – Le Corps astral.

On trouveraretrouve là toutes les fantastiques assertions des « clairvoyants »

Décembre 1929

Georges Lanoë-Villène. – Le Livre des Symboles, dictionnaire de symbolique et de mythologie (Lettre C).

une foule de renseignements qui ne se rattacherattachent qu’assez indirectement au sujet

– Artículo*: tagada –

Más info en psico@mijasnatural.com / 607725547 MENADEL Psicología Clínica y Transpersonal Tradicional (Pneumatología) en Mijas y Fuengirola, MIJAS NATURAL

*No suscribimos necesariamente las opiniones o artículos aquí enlazados

– Enlace a artículo –

René Guénon – Articles et comptes rendus tome II

L’objet de cet errata est un peu spécial, puisque c’est un recueil qui n’existe pas au format papier, mais dont une version numérique a circulé ces dernières années de façon clandestine dans des milieux plus ou moins restreints.

Errata (non exhaustif)

Les morceaux qui manquaient sont surlignés en vert, ceux qui étaient en trop en rouge.

Les dualités cosmiques

Ces rapprochements peuvent sembler étrangersétranges à certains esprits

nous ne parlons que des idées, bien entendu

ce qui est pensé qui varie, mais seulement la façon de le penser.

celui de la science au sens ouoù l’entendent les modernes

notre intention n’est point de rechercher présentement la supériorité de l’un ou de l’autre des deux points de vue

comme l’effet d’une rupture avec la tradition, ; on se rapproche donc de celle-ci

Maintenant, toutes ces dualités, qui peuvent être en multiplicité indéfiniesindéfinie,

mais il y a un certain mérite et même un certain courage à dire desces choses, alors que tant d’autres, qui doivent pourtant savoir ce qu’il en est, gardent à ce sujet un silence obstiné

celles qu’on rencontre ordinairement lorsqu’il s’agit de l’« homme primitif », ; conception beaucoup plus juste à notre avis

d’une part l’influence de la philosophie bergsonniennebergsonienne

c’est dans l’ordre sentimental que les dualités psychologiques sont lesle plus apparentes

et nous ajouterons qu’on ne le fit pas davantage au moyen âge, ; mais, dans la doctrine aristotélicienne

est une des interprétations dont est susceptiblessusceptible le symbolisme de Caïn et d’Abel dans la Genèse hébraïque

car la conception de cycles fermés est radicalement fausse, comme celle de l’« éternel retour » qui en est l’inévitable conséquence

Quoiqu’ilQuoi qu’il en soit, l’hypothèse de la congélation finale

l’incandescence finale de l’univers et son refroidissentrefroidissement progressif

renoncer à poser la question en termes de vie et de mort, parce qu’un tel point de vue

quand on envisage les deux principes comme nous venons de le faire, il n’est pas possible de n’accorder

Nous avons fait allusion précédemment à l’existence de certains « pointpoints d’arrêt »

qui a aussi deux « parents », ou, pour parler plus exactement

et pourtant il n’est aucunement dualiste, dès lors qu’il laisse subsister

certaines conditions limitatives telles que l’espace etou le temps

note 1 : F. Alcan, Paris, 1919

note 10 : des symboles comme celui de l’« œuf du monde », qui se rencontrerencontrent dans la cosmogonie hindoue et dans bien d’autres traditions anciennes ; ces symboles

Le Christ Prêtre et Roi

auxquelles sont rattachésattachés respectivement l’autorité spirituelle et le pouvoir temporel

on peut aussi envisager les deux fonctions sacerdotale et royale comme étant, en quelque sorte, complémentairecomplémentaires l’une de l’autre

le lion, animal solaire et royal, emblème de cette tribu et plus spécialement de la famille de David qui est la sienne, devient ainsi son emblème personnel

Si le sacerdoce de Lévi, sous lequel le peuple a reçu la loi, avait pu rendre les hommes justes et parfaits

En effet, celui dont ces choses sont prédites est d’une autre tribu

ainsi que l’Écriture le déclare par ces mots : “Tu es prêtre éternellement selon l’ordre de Melchissedec” »

il l’est suivant l’ordre de Melchissedec, et, non selon l’ordre d’Aaron

du passage biblique où est relatérelatée la rencontre de Melchissedec avec Abraham

« Autant qu’il est constant que ce sacerdoce n’a pas été établi sans serment (car, au lieu que les autres prêtres ont été établis sans serment, celui-ci l’a été avec serment, Dieu lui ayant dit : Le Seigneur a juré, et son serment demeurera immuable, que tu seras prêtre éternellement selon l’ordre de Melchissedec) ; autant il est vrai que l’alliance dont Jésus est le médiateur et le garant est plus parfaite que la première »

Ce que nous avons voulu montrer surtout, c’est que l’ordre de Melchissedec est à la fois sacerdotal et royal et que par conséquent, l’application au Christ des paroles de l’Écriture qui s’y rapportent constitue l’affirmation expresse de ce double caractère. C’est aussi que l’union des deux pouvoirs en une même personne représente un principe supérieur à l’un et l’autre des ordres où s’exerces’exercent respectivement ces deux mêmes pouvoirs considérés séparément ; et, c’est pourquoi

Note 14 : En hébreuxhébreu, chaque lettre de l’alphabet a une valeur numérique

L’Ésotérisme du Graal

et la diffusion extérieure qu’àqu’a eue la légende du Graal

et qu’ellesquelles qu’en aient été d’ailleurs les modalités

Dès lorsqu’illors qu’il en est ainsi, certaines difficultés apparentes

de même que la lance, qui accompagne le Graal et qui en est en quelque sorte complémentaire, est une des figurations traditionnelles de l’« Axe du Monde »

Y a-t-il encore des possibilités initiatiques dans les formes traditionnelles occidentales ?

Y- a-t-il encore des possibilités initiatiques

en dépit des traces qu’on peut en trouverretrouver dans les écrits ou les monuments anciens

parce que, là du moins, il y a une méthode de réalisation active

Pour le Judaïsme, les choses, en tout cas, se présentent plus simplement, ce ne peut être en tout cas qu’à l’intérieur dedes monastères exclusivement

ou les mantras de la tradition hindoue, sans en obtenir le moindre résultat

Discours contre les discours

je croirai plutôt qu’une telle similitude, qui ne se fonde sur aucune communauté de race, se justifie seulement

il ne faut ni méconnaître ni mépriser ce qu’onont fait les Grecs dans divers domaines

le type le plus représentatif peut-être de lela mentalité hellénique

ni, d’autre part, de réagir outre mesure sur le domaine de l’action

voilà assurément une des premières leçons que nous devonsdevrons tirer des événements actuels

habituez-vous, sans retard, à envisager sérieusement l’avenir

Au sujet de ce discours, la reproduction faite par Michel Valsan dans les Études Traditionnelles comporte manifestement un passage manquant :

Il se peut que, parmi ces causes, il y en ait qui soient inhérentes à la nature humaine en général, ou plus particulièrement au tempérament de certains peuples ou de certains [passage manquant]

Le compilateur du présent recueil, à la place, a écrit « hommes ». A-t-il pu consulter la revue originale ou est-ce une suggestion de sa part ?
Nous lui avons posé la question dans les messages suivants :

tagada19 juillet 2017 à 12:26
A propos de corrections, pour le Discours contre les discours, avez-vous pu consulter la revue originale ? Dans la reproduction faite par Valsan dans les ET, on constate un passage manquant :
“Il se peut que, parmi ces causes, il y en ait qui soient inhérentes à la nature humaine en général, ou plus particulièrement au tempérament de certains peuples ou de certains [passage manquant]”
Dans votre recueil, vous indiquez, à cet endroit, « hommes ». SVP, pouvez-vous confirmer que cela se base bien sur la publication originale ?

tagada20 juillet 2017 à 08:44
Ce n’est pas une question piège, le bulletin municipal de Saint-Germain-en-Laye semble assez difficile à trouver, et donc si vous y aviez eu accès directement pour remplir le passage manquant ce serait super.

Mais il les a effacés sans y répondre ?! Nous supposons qu’il faut prendre cela comme une réponse négative. Donc pour l’instant le passage manquant devra rester en l’état.

Les Doctrines hindoues

comme désignant dece qui est « au delà de la nature »

ont par lalà même un caractère bien différent des sciences occidentales

cette réalisation peut avoir, en outre de la préparation théorique et après elle, d’autres moyens d’un ordre différent

Orient et Occident

La grande difficulté, nous le savons bien, c’est d’arriver à connaître ces idées orientales authentiques auxquelles nous faisons allusion, et cette difficulté est encore, pour une bonne part,

des théories empruntées à SchopenhaueurSchopenhauer

à un orientaliste qui, ayant cru bon de vanter la « critique » européenne devant un auditoire hindou, souleva les plus énergiques protestations

Au sujet de cet article, nous avons pris note de la remarque de M. Brecq dans le numéro 3 de la revue en ligne les Cahiers de l’Unité. Celui-ci affirme en effet détenir un manuscrit secret qui rend coupables de ne pas citer ce dernier tous ceux qui ne le possèdent pas, ou qui n’en connaissaient pas même l’existence. Nous avouons ce crime si c’en est un.
Cependant, M. Brecq comprendra-t-il que nous avons du mal à partager la théorie de l’élection par confiscation réussie ? Théorie selon laquelle certains adhérents d’un résidu de la tariqah valsanienne seraient les dépositaires de fait de l’héritage spirituel de l’œuvre de René Guénon, la preuve étant la permission divine qui leur aurait accordé la réussite du vol physique puis du maintien en confiscation de l’intégralité des manuscrits de cette œuvre à la famille Guénon, et de manière plus étendue à l’ensemble du public. Nous trouverions même cette théorie, qui permet d’arriver à se valoriser moralement en s’appuyant sur toutes les exactions possibles, tant qu’elles sont commises avec succès, vraiment burlesque, si les circonstances n’étaient pas si dramatiques. Utilisée sérieusement elle est abjecte, et il faut vraiment avoir tout l’obscurcissement qui caractérise les groupuscules sectaires pour l’employer sans honte.
L’œuvre de Guénon est destinée à être accessible à tous, pour pouvoir être atteinte par tous ceux qui peuvent la comprendre. Elle n’appartient à personne, cela vaut pour ses « amis » revendiqués, et cela vaudrait aussi pour le « meilleur guénonien » si ce titre n’était pas d’emblée une évidente absurdité.

Le Roi du Monde

et qui n’est point de celles auxquelles nous nous référons

ils avaient soulevé certainescertaine accusation de plagiat

s’il avait copié en partie la Mission de Ll’Inde

une époque d’obscurcissementobscurcissements et de confusion

la capitale d’AgarthiAgharti

note 6 : un des fondateurfondateurs du Brahma-Samâj

Cahiers du Mois

Juin 1926, Milarépa

des conditions irréalisables dans unle milieu européen actuel

Mais tout serait à citer, et il faut bien nous borner…

Vient de Paraître

Février 1926

Giovanni Gentile. – L’Esprit, acte pur.

Et toutefois l’impensable, du fait même qu’il est impensable, est pensé, car son impensibilitéimpensabilité est un penser. Ce n’est pas en soi, hors de la sphère de notre penser, qu’il est impensable. C’est nous qui le pensons comme l’impensable : c’est notre penser qui le pose comme l’impensable, ou plutôt c’est le penser qui se pose en lui, mais en lui comme impensable. »

Georges Groslier. – La Sculpture Khmère ancienne.

ce qu’il y a de vraiment original dans l’art Khmerkhmer

Avril 1926

Paul Choisnard. – Saint Thomas d’Aquin et l’influence des astres.

corriger l’étroitesse des interprétations courantes du Thomisme ; et il y a là un effort d’autant plus méritoire qu’il va à l’encontre de beaucoup de préjugés.

Juillet-août 1927

R. Schwaller de Lubicz. – L’Appel du Feu.

Il y a là-dedans quelques lueurs, parmi beaucoup de fatras grandiloquents

Novembre 1927

Phusis. – Près du Secret de la Vie, Essai de Morphologie universelle.

Que d’efforts dépensés en pure perte, et quel gaspillage

Émile Boutroux. – Des Vérités éternelles chez Descartes.

soit mise sur le même plan que cellescelle des rapports de la science et de la religion ?

P. V. Piobb. – Le secret de Nostradamus.

malgré les réserves qu’appelleraient peut-être quelques déductions poussées un peu trop loin

Décembre 1927

J. G. Frazer. – Les Dieux du Ciel.

Pour ceux qui ne sont pas disposés à accepter aveuglément de telles interprétations, lesdes ouvrages de ce genre ne peuvent valoir que comme recueils de faits

Avril 1928

Édouard Dujardin. – Le Dieu Jésus, essai sur les origines et sur la formation de la légende évangélique.

la conception « mythique », soutenue récemment par M. ChouchoudCouchoud

Georges Lanoë-Villène. – Le Livre des Symboles, dictionnaire de symbolique et de mythologie.

c’est d’ailleurs une chose bien curieuse que cette tendance qu’ont la plupart des Occidentaux à voir du Bouddhisme un peu partout

mai 1928 Augustin Jakubisiak. – Essai sur les limites de l’espace et du temps.

elles relèvent surtout de la philosophie des sciences tellestelle qu’on l’entend aujourd’hui

septembre-octobre 1928 Bertrand Russell. – Analyse de l’Esprit.

Parmi les récentes théories psychologiques, « behaviouristebehaviouristes » ou autres

Nombre 1928

M. Dugard. – Sur les frontières de la Foi.

Les objections adressées au christianisme par la « pensée moderne », et les réponses qu’il y apporte, témoignent pareillement du désarroi mental de notre époque

Mars 1928

J. Krishnamurti. – La Vie comme idéal.

les pensées congelées des hommes », et qu’« elles n’ont, selon lui

A. E. Powell. – Le Corps astral.

On trouveraretrouve là toutes les fantastiques assertions des « clairvoyants »

Décembre 1929

Georges Lanoë-Villène. – Le Livre des Symboles, dictionnaire de symbolique et de mythologie (Lettre C).

une foule de renseignements qui ne se rattacherattachent qu’assez indirectement au sujet

– Artículo*: tagada –

Más info en psico@mijasnatural.com / 607725547 MENADEL Psicología Clínica y Transpersonal Tradicional (Pneumatología) en Mijas y Fuengirola, MIJAS NATURAL

*No suscribimos necesariamente las opiniones o artículos aquí enlazados

– Enlace a artículo –

LAS CUENTAS DEL TABERNÁCULO

Cuando se acabó el tabernáculo, Moisés hizo una auditoria para que se viera que todo lo que los hijos de Israel habían donado había sido utilizado correctamente y no se había desviado oro o plata. Esto no sólo nos refleja la honestidad de Moisés sino también algo muy importante que nos van a descubrir los comentaristas del Zohar.

A principio de la parashah de Terumah (Éxodo XXV-2), Dios le dice a Moisés:

דבר אל-בני ישראל, ויקחו-לי תרומה: מאת כל-איש אשר ידבנו לבו, תקחו את-תרומתי

“Habla a los Hijos de Israel y que tomen para Mí una ofrenda, de cada hombre cuyo corazón lo impulse a dar tomaréis Mi ofrenda”.

Más adelante, también en Éxodo (XXXVIII-21) podemos leer:

אלה פקודי המשכן משכן העדת, אשר פקד על-פי משה: עֲבֹדַת, הַלְוים, ביד איתמר, בן-אהרן הכהן

“Éste es el recuento del Tabernáculo, el Tabernáculo del Testimonio, que fue contado por orden de Moisés; la labor de los levitas estaba al mando de Itamar, hijo de Aarón el Sacerdote”.

El Zohar (II-221 a) comentará este versículo diciendo:

“Cuando fue hecha toda la obra, Moisés debió hacer un recuento de todo para que los Hijos de Israel no dijesen que quedó oro y plata, y que había sido apartado y no había sido tomado”.

¿Cuál es la relación entre estos dos versículos?

Si calculamos la guematria de Terumah (תרומה), “ofrenda” vemos que es 651. Si calculamos la de Eleh Pekudei haMishkan (אלה פקודי המשכן), “Éste es el recuento del Tabernáculo”, descubrimos que también es 651:

ת = 400

ר = 200

ו = 6

מ = 40

ה = 5

—————-

651

אלה = 36

פקודי = 200

המשכן = 415

—————-

651

Pero lo más sorprendente es lo que nos explicarán los comentaristas:

“Cualquier tipo de acción impropia que conllevara a una sospecha de la credibilidad, despertaría a las fuerzas del Otro Lado, Sitra Ajra, e impediría el descenso de la Shekinah. Y por eso debía realizar el recuento del Tabernáculo ante ellos, los Hijos de Israel, para erradicar toda posibilidad de sospecha”.

¿Qué nos puede decir la guematria aplicada a este comentario? Si sumamos la guematria de Sitra Ajra (סטרא אחרא), 480, a la de Shekinah (שכינה), 171, de nuevo obtenemos 651.

סטרא = 270

אחרא = 210

————–

480

ש = 2

כ = 30

י = 40

נ = 9

ה = 90

————

171

480 + 171 = 651

JULI PERADEJORDI

– Artículo*: Zohar –

Más info en psico@mijasnatural.com / 607725547 MENADEL Psicología Clínica y Transpersonal Tradicional (Pneumatología) en Mijas y Fuengirola, MIJAS NATURAL

*No suscribimos necesariamente las opiniones o artículos aquí enlazados

– Enlace a artículo –

La Muerte Mem

Jeroglíficamente la mem designa a la mujer, compañera del hombre. Por lo tanto evoca la idea de todo lo que es fecundo y capaz de crear. Constituye el signo maternal y femenino por excelencia, el signo local y plástico, imagen de la acción exterior y pasiva. Su uso al final de los nombres, adquiere una significación
colectiva, pues desarrolla al ser en el espacio indefinido.
Dado que la creación exige una destrucción correspondiente y de sentido contrario, la mem ha figurado también las regeneraciones nacidas de la construcción anterior, es decir las transformaciones y, en consecuencia, la muerte (concebida como el pasaje de un mundo a otro).
La mem es una de las tres letras madres.

Las ideas que este arcano debe expresar son las de la destrucción, precediendo o siguiendo a la regeneración. Un esqueleto sesga las cabezas de un campo, del
cual surgen por todas partes pies y manos de hombres, a medida que el
esqueleto prosigue su obra.
Las obras de la cabeza (concepción) se vuelven inmortales tan pronto han sido realizadas (manos y pies).

El arcano 13 ocupa el justo medio entre el arcano 10 (la fortuna) y el 16 (la
destrucción).
10+16 = 26 ; 26/2 = 13
Trece, es pues, el término medio entre la iod (principio de la creación) y la hain
(principio de la destrucción).
El arcano 18 es el complementario del 13, así como el 5 lo es del 12, y el 12 del 7.
(Ver arcanos 8 y 5.)

13 18
La muerte se completa con La Luna
13 + 18 = 31
31 = 4 = 10 = 1
14 17
La Temperanza se completa con Las Estrella
14+17=31
15 16
El Diablo se completa con La Destrucción
15 + 16 = 31
La decimotercera lámina del Tarot está ubicada entre el mundo invisible y el
visible. Resulta así ser el lazo universal de la naturaleza, el medio en virtud del
cual las influencias reaccionan de un mundo sobre el otro. Representa:
1° Dios el transformador:
EL PRINCIPIO TRANSFORMADOR UNIVERSAL
Destructor y Creador
2° El negativo de la realización:
LA MUERTE
3° La luz astral como función del creador:
LA FUERZA PLÁSTICA UNIVERSAL
(Equilibrio entre la muerte y la fuerza transformadora)
RELACIONES:
JEROGLÍFICO PRIMITIVO: La Mujer
LETRA HEBRAICA: Mem (una de las tres letras madres)
SIGNIFICADOS:
EL PRINCIPIO TRANSFORMADOR UNIVERSAL
Destructor creador
LA MUERTE
LA FUERZA PLÁSTICA UNIVERSAL

l3 N
NIGROMANCIA
Exi psis – Mors
Ya hemos dicho que en la luz astral se encuentran las imágenes de las personas y de las cosas. Es también en esa luz en donde pueden evocarse las formas de aquellos que ya no están en nuestro mundo, yes por su medio como se verifican los misterios tan comprobados, como reales, de la nigromancia.
Los cabalistas que han hablado del mundo de los espíritus, han referido simplemente lo que han visto en sus evocaciones.
Eliphas Levi Zahed, que escribe este libro, ha evocado y ha visto.
Digamos primero lo que los maestros han escrito de sus visiones o de sus intuiciones en lo que ellos llaman la luz de la gloria.
Se lee en el libro hebreo de la revolución de las almas, que hay almas de tres clases: las hijas de Adán, las hijas de los ángeles y las hijas del pecado. Hay también, según el
mismo libro, tres clases de espíritus, los espíritus cautivos, los errantes y los libres. Las almas son enviadas por parejas. Hay, por consiguiente, almas de hombres que nacen viudos, y cuyas esposas están retenidas como cautivas por Liith y por Naemah, las reinas de las Strigas; estas son las almas que tienen que espiar la temeridad de un voto de celibato. Así, cuando un hombre renuncia el amor de las mujeres, hace esclava de los demonios de la perversidad a la esposa que le estaba destinada. Las almas crecen y se multiplican en el cielo, así como los cuerpos lo hacen en la tierra. Las almas inmaculadas son las hijas de los besos de los ángeles.
Nada puede entrar en el cielo que del cielo no proceda. . Después de la muerte, el espíritu divino que animaba al hombre retorna sólo al cielo, y deja sobre la tierra y en la atmósfera dos cadáveres: el uno terrestre y elemental, y el otro aéreo y sideral; el uno inerte ya; el otro animado todavía por el movimiento universal del alma del mundo, pero destinado a morir lentamente, absorbido por las potencias astrales que le produjeron. El cadáver terrestre es visible; el otro es invisible a los ojos de los cuerpos terrestres y vivientes, y no puede ser apercibido más que por las aplicaciones de la luz astral al translucido, que comunica sus impresiones al sistema nervioso y afecta así al órgano de la vista hasta hacerse verlas formas que se han conservado y las palabras que están escritas en el libro de la luz vital.
Después de la muerte cuando un hombre ha vivido bien, el cadáver astral se evapora
como una nube de incienso, subiendo hacia las regiones superiores, pero si el hombre ha vivido en el crimen, su cadáver astral le retiene prisionero, busca todavía los objetos de sus prisiones y quiere reanudar la vida. Atormenta los sueños de los jóvenes o se baña en el vapor de sangre esparcida y se arrastra por los alrededores de los sitios en donde transcurrieron los placeres de la vida: vela, aún, por los tesoros que dejó enterrados; se consume en dolorosos esfuerzos para construirse órganos materiales y vivir. Pero los astros le aspiran y le absorben; siente debilitarse su inteligencia, su memoria se pierde lentamente, todo su ser se disuelve… Los antiguos vicios se le aparecen y le persiguen bajo figuras monstruosas que le atacan y le devoran … El desdichado pierde así sucesivamente todos los miembros que han servido para sus iniquidades; después muere por segunda vez y para siempre, porque pierde entonces su personalidad y su memoria. Las almas que deben vivir pero que no están purificadas permanecen mas o menos tiempo cautivas en el cadáver astral, en donde son quemados por la luz odica que trata de asimilarse y disolverlas. Es para desprenderse de ese cadáver, como las almas que sufren entran algunas veces en los vivos y permanecen en un estado que los cabalistas llaman embrionario.

Estos son los cadáveres aéreos que evoca la nigromancia. Son larvas, sustancias muertas o moribundas, con las cuales se pone en relación; pueden ordinariamente hablar, pero nada más que con el tintineo de nuestros oídos percibido por el sacudimiento nervioso de que le he hablado, y no razonan, ordinariamente, sino reflejándose en nuestros pensamientos o en nuestros sueños.

Ya hemos dicho que en el gran agente mágico, que es la luz astral, se conservan todas las huellas de las cosas, todas las imágenes formadas, sea por los rayos, sea por los reflejos, es en esa luz donde se aparecen nuestros sueños, esa es la luz que embriaga a los alienados y arrastra su dormido juicio a la persecución de los más extraños fantasmas.
Para ver, sin ilusiones, en esa luz, es preciso apartar los reflejos por medio de una voluntad poderosa y atraer a sí nada más que los rayos. Soñar despierto, es ver en la luz astral; y las orgías del aquelarre, referidas por tantas y tantas brujas en sus juicios criminales, no se explican de otra manera. Con frecuencia, las sustancias y las preparaciones empleadas para llegar a ese resultado, eran horribles, como ya lo veremos en el Ritual; pero los resultados no eran nunca dudosos. Se veían, se escuchaban, se palpaban las cosas más abominables, más fantásticas y más imposibles. Ya volveremos sobre este asunto en nuestro capítulo XV; no nos ocuparemos aquí más que de la evocación de los muertos.
En la primavera del año 1854, me dirigí a Londres para escapar de penas internas y entregarme, sin distracción alguna, a la ciencia. Poseía cartas de presentación para personajes eminentes que estaban deseosos de revelaciones relativas al mundo
sobrenatural.
Visité a varios y encontré en ellos, con mucha cortesía, un gran fondo de indiferencia o de ligereza. Lo único que solicitaron de mí fueron prodigios, ni más ni menos que si se tratara de un charlatán. Me encontraba un poco descorazonado, porque, a decir verdad, lejos de estar dispuesto a iniciar a los demás en los misterios de la magia ceremonial, había tenido siempre, por lo que a mí respecta, temor a las ilusiones ya las fatigas. Por otra parte, esta clase de ceremonias exige un material dispendioso y difícil de reunir.
Me encerré, pues, en el estudio de la alta cábala y no pensaba más en los adeptos ingleses, cuando un día al volver a mi hotel, encontré una nota dirigida a mí e se os presentará la otra mitad de esta carta». Fui a esta singular cita. Había un carruaje
estacionado en la plaza.
Yo tenía, sin afectación, mi fragmento de carta en la mano; un doméstico se acercó respetuosamente a míy me hizo un signo abriéndome la portezuela del coche. Dentro de él había una señora vestida de negro y cuyo sombrem estaba, como el rostro, cubierto por un espeso velo. Esa señora me hizo señas de que subiera al carruaje, enseñándome la otra mitad de la carta que yo había recibido. La portezuela se cerró, el coche echó a andar y habiéndose la señora levantado el velo, puede ver que tenía que habérmelas con una persona de edad, de cejas grises y unos ojos extremadamente negros y vivos y de una extraña fijeza Sir—.me dijo con un acento inglés muy pronunciado— yo sé que la ley del secreto es rigurosa entre los adeptos; una amiga de Sir B*** L***, que os ha visto, sabe que han solicitado de vos experiencias y que habéis rehusado satisfacer esa curiosidad. Quizá no poseáis las cosas necesarias; yo voy amostraros un gabinete mágico completo; pero solicito de vos, ante todo, el más inviolable secreto.
Si no me hacéis esa promesa, por vuestro honor, daré orden para que os conduzcan a vuestra casa. Hice la promesa que se me exigía y soy fiel a ella no diciendo ni el nombre, ni la jerarquía social, niel domicilio de esa señora, en quien reconocí
inmediatamente a una iniciada, no precisamente de primer orden, sino de un grado muy superior. Tuvimos muy largas y amplias conversaciones, durante las cuales ella insistió siempre en la necesidad de prácticas para completar la iniciación. Me enseño una colección de trajes y de instrumentos mágicos y aun me presto algunos libros raros de que yo carecía. Luego, me determinó a intentar en su casa la experiencia de una evocación completa, para la cual me preparé durante veintiún días observando
escrupulosamente las prácticas indicadas en el decimotercer capítulo del Ritual.

Mi preparación había terminado el 24 de julio. Se trataba de evocar el fantasma del divino Apollonius (Apolonio de Tiana) y de interrogarle acerca de los secretos; uno que me concernía a mí exclusivamente, y otro que interesaba a la dama en cuestión. Esta había contado al principio con asistir ala evocación acompañada de una persona de confianza; pero, a última hora; esa persona tuvo miedo, y como el temario o la unidad son rigurosamente requeridos para los ritos mágicos, me dejaron solo. El gabinete preparado para la evocación estaba practicado en una especie de altar con piedra de mármol blanco y rodeado de una cadena de hierro imantado.
Sobre el blanco mármol estaba grabado y dorado el signo del pentagrámaton, tal y como está representado en la siguiente figura; yen el mismo signo estaba trazado, en diversos colores, sobre una piel blanca de cordero, completamente nueva, que estaba extendida bajo el altar. En el centro de la mesa de mármol había un exahumerio de cobre con carbón de madera de émula y de laurel; otro exahumerio estaba colocado delante de mí sobre un trípode.
Yo estaba vestido con una túnica blanca, muy parecida al alba de los sacerdotes católicos, pero más amplia ymás larga y llevaba en la cabeza una corona de hojas de verbena entrelazadas por una cadenilla de oro. En una mano tenía una espada nueva y en la otra el Ritual. Encendí los dos fuegos con las sustancias requeridas y preparadas y comencé, en voz baja primero, las invocaciones del Ritual.
El humo se extendió; las llamas hicieron vacilar los objetos que iluminaban y después se apagaron. El humo se elevaba blanco y lento sobre el altar de mármol y me pareció sentir una sacudida, como si fuera un temblor de tierra; sentía un tintineo en los oídos y mi corazón latía con fuerza.
Volví a echar algunas ramas y perfumes en los exahumerios, y cuando la llama se elevó, vi claramente, delante del altar, una figura de hombre mayor del tamaño natural, que se descomponía y se borraba. Volví a comenzar las evocaciones y vine a colocarme en un círculo que había previamente trazado entre altar y el trípode; vi entonces aclararse poco apoco el fondo del espejo que estaba enfrente de mí, detrás del altar y una forma blancuzca se dibujó en él, agrandándose y pareciendo acercarse poco a poco.

Llamé tres veces Apollonius cerrando los ojos, y cuando los abrí, un hombre se
hallaba frente a mí, envuelto por completo en una especie de sudario que me pareció ser gris más bien que blanco; su rostro era delgado, y estaba triste y sin barba, hecho que no correspondía en forma alguna con la idea que precisamente me había formado en un principio de Apolonio Experimenté una sensación de frío extraordinaria, y cuando abrí la boca para interpelar al fantasma, me fue imposible articular un sonido. Puse entonces la mano sobre el signo del pentagrámaton y dirigí hacia él la punta de la espada, ordenándole, mentalmente por ese signo, de no espantarme y de obedecerme.
Entonces la forma se hizo más confusa y desapareció de repente. Le ordené que
volviera; entonces sentí pasar cerca de mí como un sopio, y que algo me había tocado
en la mano que sustentaba la espada, sintiendo inmediatamente el brazo como
entumecido hasta el hombro. Creí comprender que esa espada ofendía al espfritu y la hinqué por la punta dentro del circulo, cerca de mí.
La figura humana re-apareció inmediatamente; pero sentí una debilidad tan grande en todos mis miembros y un desfallecimiento tan repentino que de mí se apoderaba, que di dos pasos para sentarme. En cuanto me senté, caí en una especie de profundo sopor, acompañado de ensueños, de los que no me quedaron, al despertarme, más que un recuerdo confuso y vago.
Tuve, durante muchos días, el brazo entumecido y dolorido. La figura no me había hablado, pero me parece que las preguntas que tenía que hacerle, se habían resuelto por sí mismas en mi espíritu. A la de la señora, una voz interior respondía en mí; Muerto. (Se trataba de un hombre de quien quería saber noticias.) En cuanto a mí, yo quería saber si el acercamiento y el perdón serían posibles entre dos personas en las que yo pensaba, y el mismo eco interior respondía implacablemente: ¡Muertas!
Refiero aquí los hechos tal y como han pasado; no los impongo a la fe de nadie. El
efecto de esta experiencia, tuvo en mí algo extraordinario, algo inexplicable. Yo no era ya el mismo hombre; algo del otro mundo había pasado por mí; no estaba ni alegre, ni triste, pero experimentaba un encanto singular por la muerte, sin sentir, no obstante, ningún intento de recurrir al suicidio. Yo analizo cuidadosamente lo que experimenté, ya pesar de una repugnancia nerviosa muy vivamente sentida, reitiré dos veces, sólo con intervalo de algunos días, la misma prueba. El relato de los fenómenos que se produjeron difieren muy poco del que acabo de referir, y lo suprimo por no hacer demasiado extensa la narración. Pero, el resultado de estas otras dos evocaciones fue para mí la revelación de los secretos cabalísticos, que si fueran conocidos por todo el mundo cambiarían en poco tiempo las bases y las leyes de todas las sociedades modernas.
¿Concluiré de ello que he, realmente, evocado, visto y palpado al gran Apolonio de Tiana? No esto ni bastante~alucinado para creerlo, ni so tan poco serio para afirmarlo.
El efecto de las preparaciones, de los perfumes, de los espejos, de los pantáculos, es una verdadera embriaguez de la imaginación que debe obrar vivamente sobre una persona de suyo impresionable y nerviosa. Yo no explico por qué leyes fisíologicas he visto y tocado; afirmo, únicamente, que he visto y he tocado; que he visto clara y instintivamente, sin sueños, y esto basta para creer en la eficacia real de las ceremonias mágicas. Creo, por otra parte, peligrosa y nociva la práctica; la salud, sea moral, sea física, no resistiría a semejantes operaciones, si éstas se hicieran habituales. La dama de edad de que he hablado y de la que tuve después por qué quejarme, sería una prueba; porque a pesar de sus negaciones, yo no dudo que ella no tenga la costumbre de la nigromancia y de la goecia. A veces disparataba por completo, entregándose otras a insensatas cóleras, de las que apenas podía ella determinar la causa. Abandoné a Londres sin haberla vuelto a ver; pero cumpliré fielmente el compromiso que con ella contraje de no revelar a nadie, sea a quien fuere, nada que pueda darla a conocer o poner en la pista, de quién es por sus prácticas, a las cuales se entrega sin duda a espaldas de su familia, que es, por lo que supongo, bastante numerosa y ocupa una posición muy respetable.
Hay evocaciones de inteligencia, evocaciones de amor y evocaciones de odio; pero nada prueba que los espíritus abandones las esferas superiores para conversar y entretenerse con nosotros, y lo contrario es aun mas probable, nosotros evocamos los recuerdos que ellos han dejado en la luz astral, que es el receptáculo común del magnetismo universal.
Es en esta luz donde el emperador Juliano vio en otro tiempo aparecer a los dioses, pero viejos, enfermos, decrepitos, nueva prueba de la influencia de las opiniones corrientes y acreditadas sobre los reflejos de ese mismo agente mágico, que hace hablar a las mesas y responde por golpes dados en las paredes. Después de la evocación de que acabo de hablar, he vuelto a leer con atención la vida de Apolonio, a quien los historiadores nos representan como un tipo ideal de belleza y de elegancia antigua. En ella he advertido también que Apolonio, en los postreros días de su vida, se cortó el pelo y sufrió largos tormentos en la prisión. Esta circunstancia, que yo había retenido, sin duda en otros tiempos, sin pensar en ella, después para acordarme, habrá determinado, quizá la forma, poco atractiva de mi visión, que yo considero únicamente como el sueño voluntario de un hombre despierto. He visto otras dos personas, que importa poco nombrar, y siempre diferentes, por su aspecto y por su traje, de lo que yo esperaba ver.

Recomiendo por los demás, la mayor reserva a las personas que quieran entregarse a
este género de experiencias; resulta de ellas grandes fatigas y, aun con frecuencia,
desórdenes orgánicos, bastante anormales, que pueden ocasionar enfermedades.
No terminaré este capítulo sin señalar en él la opinión, bastante rara, de algunos
cabalistas, que distinguen la muerte aparente de la muerte real, y que creen que
raramente vienen ambas juntas. Según dicen, la mayor parte de las personas que han enterrado estarían vivas, y otras muchas, a quienes se creían vivas, estaban muertas.
La locura incurable, por ejemplo, sería para ellos una muerte incompleta, pero real, que deja al cuerpo terrestre bajo la dirección puramente instintiva del cuerpo sideral.
Cuando el alma humana sufre una violencia que no puede soportar, se separaría así del cuerpo y dejaría en su puesto al alma animal ~o al cuerpo sideral, lo que hace de esos restos humanos alguna cosa menos viviente, de algún modo, que el animal mismo. Se reconoce —decían los cabalistas—los muertos de esta especie en la extinción completa de los sentidos afectuoso y moral; no son malos, pero tampoco buenos; están muertos.
Estos seres, que son los hongos venenosos de la especie humana, absorben tanto cuanto pueden la vida de los vivientes. Es, por esta causa, por lo que ante su proximidad se entorpece el alma y se siente frío en el corazón.
Estos seres cadáveres, si existen, realizarían todo lo que se afirmaba en otros tiempos acerca de los duendes y de los vampiros.
¿No es acerca de estos seres en donde se siente uno menos inteligente, menos bueno y aun, a veces, menos honrado? ¿No es ante su proximidad cuando se extingue toda creencia y todo entusiasmo,ligando a ellos por vuestras debilidades, dominados por vuestras malas inclinaciones y haciéndoos morir moralmente en medio de un suplicio parecido al de Majencio? ¡Son muertos, que nosotros tomamos por vivos; son vampiros, que nosotros tomamos por amigos!

La tierra es un cuerpo magnético o un gran imán, como afirmó ya Paracelso hace 300 años. Está cargada de electricidad positiva, que genera continua y espontáneamente en su centro de movimiento. Los cuerpos humanos y todos los objetos materiales están cargados de electricidad negativa, lo cual equivale a decir que los cuerpos orgánicos e inorgánicos generan y se cargan constante é involuntariamente por sí mismos de electricidad contraria a la de la tierra. Ahora bien: ¿qué es el peso? Sencillamente la atracción de la tierra. “Sin la atracción de la tierra nada pesarían nuestros cuerpos”, dice el profesor Stewart, “y si pesáramos doble, experimentaríamos doble atracción”. ¿Cómo podemos librarnos de esta atracción? Según la ley antes enunciada, la atracción de nuestro planeta retiene a los cuerpos en la superficie terrestre; pero ¿cómo explicar que la ley de gravitación haya sido infringida muchas veces por levitaciones de personas y de objetos inanimados? La condición de nuestro sistema fisiológico, al decir de los filósofos teúrgicos, depende en gran parte de nuestra voluntad, que bien regulada puede operar entre otros “milagros” el cambio de polaridad eléctrica, de negativa en positiva, de modo que el imán–tierra repela el objeto o cuerpo y no ejerza la gravedad acción ninguna. Será entonces tan natural para el hombre lanzarse al espacio, hasta que la fuerza repulsiva pierda su eficacia, como antes permanecer sobre la tierra. La elevación de su vuelo dependerá de la mayor o menor habilidad en cargar su cuerpo de electricidad positiva. Obtenido este dominio sobre las fuerzas físicas, la levitación es cosa tan sencilla como el respirar.

“Considero a Agni como el origen de toda existencia, o padre de la fuerza” (III, 27, 2). Esta misma idea, clara y evidente, prevaleció en las doctrinas de los zoroastrianos, magos y filósofos del fuego de la Edad Media. Agni es el dios del fuego, del Éter Espiritual, la verdadera substancia de la esencia divina, del Dios Invisible presente en cada átomo de Su creación, y llamado por los Rosacruces “Fuego Celestial”. Si cuidadosamente comparamos los versos de este mandala, uno de los cuales dice: “El Cielo es su padre, la Tierra su madre, Soma su hermano y Aditi su hermana” (I, 191, 6) con la Tabla Esmeraldina de Hermes, hallaremos el mismo substrato metafísico y filosófico en idéntica doctrina. “Como todas las cosas han sido producidas por medio de un Ser, así también todas las cosas han sido producidas de esta única cosa por adaptación: “Su padre es el sol; su madre la luna”… etc. Separa la tierra del fuego, lo sutil de lo grosero… Lo que he dicho sobre la operación del sol es completo.” (Tabla Esmeraldina).

Paracelso la llamaba luz sideral y consideraba los astros (incluso nuestra tierra) como porciones condensadas de luz astral, “caídas en la generación y en la materia”, pero cuyas emanaciones magnéticas o espirituales conservaban incesante comunicación con el origen patrio de la luz astral. A este propósito dice: “Los astros nos atraen hacia ellos; y nosotros los atraemos hacia nosotros. Madera es el cuerpo y fuego la vida que, como la luz, viene de las estrellas y los cielos. La magia es la filosofía de la alquimia”40. Todo lo del mundo espiritual, ha de llegarnos a través de las estrellas, y si estamos en armonía con ellas, obtendremos inmensos efectos mágicos. “Así como el fuego pasa a través de una estufa de hierro, así también los astros pasan a través del hombre y le comunican sus propiedades, del mismo modo que la lluvia fertiliza la tierra en que penetra. Los astros rodean a la tierra, como el cascarón al huevo. A través del cascarón pasa el aire y penetra hasta el centro del mundo.” El cuerpo humano, lo mismo que la tierra, los planetas y las estrellas, está sujeto a la doble ley de atracción y repulsión y saturado del influjo doblemente magnético de la luz astral. Todo es doble en la naturaleza: el magnetismo es positivo y negativo, activo y pasivo, masculino y femenino. La noche descansa al hombre de la actividad del día y restablece el equilibrio, tanto de la naturaleza humana como de la cósmica. Cuando el hipnotizador aprenda el secreto de polarizar la acción y dar a su fluido fuerza bisexual, será el mayor de los magos vivientes. Así, pues, la luz astral es andrógina porque el equilibrio resulta de dos fuerzas que eternamente actúan una sobre otra. El resultado de esta acción es la VIDA. Cuando las dos fuerzas se gastan y permanecen largo tiempo inactivas, equilibrándose una con otra en reposo completo, sobreviene la condición de MUERTE. Un ser humano puede expirar aliento caliente o frío, é inspirar aire frío o caliente. Todo niño sabe cómo regular la temperatura de su aliento; pero ningún fisiólogo ha explicado satisfactoriamente la manera de protegerse uno mismo del aire frío o caliente. La luz astral, principal agente de magia, puede únicamente descubrirnos los secretos de la naturaleza. La luz astral es idéntica al akâsa indo.

( El nombre de Zoroastro se deriva de Zero, que significa círculo, hijo o sacerdote, y de aster, ishtar o astarté, estrella, en dialecto ariano. Era el título del Sumo Sacerdote de los magos, a quienes también se les llamaba Surya– ishtaras o adoradores del sol. Zarathustra fue el famoso apóstol del mazdeísmo.)

EGO SUM QUI SUM.

Axioma de la Filosofía hermética.

“Empezamos las investigaciones en donde las modernas conjeturas pliegan sus engañosas alas. Y con nosotros están los elementos científicos que los sabios del día desdeñan por quiméricos o con prevención los miran como arcanos insondables”. BULWER. ZANONI.

Las más antiguas tradiciones esotéricas enseñan asimismo que antes del Adam (esta palabra significa humanidad=Adam) mítico existieron sucesivamente varias razas humanas. ¿Eran tipos más perfectos? ¿Pertenecían a alguna de estas razas los hombres alados que menciona Platón en Pedro? A la ciencia le incumbe resolver este problema, tomando por punto de partida las cavernas de Francia y los restos de la edad de piedra. A medida que avanza el cielo se van abriendo los ojos del hombre hasta conocer el “bien y el mal” tan acabadamente como los mismos Elohim (Elohim=hijos de la luz). Después de alcanzar el punto culminante comienza a descender el cielo. Cuando el arco llega al punto situado al nivel de la línea fija del plano terrestre, la naturaleza proporciona al hombre vestiduras de piel y el, Señor Dios “le viste con ellas” (Esta segunda piel es la que recibe Hercules por el trabajo de Leo).

En las más antiguas tradiciones de casi todos los pueblos se descubre la misma creencia en una raza de espiritualidad superior a la actual. El manuscrito quiché Popol Vuh, publicado por Brasseur de Bourbourg, dice que el primer hombre pertenecía a una raza dotada de raciocinio y de habla, con vista sin límites, que conocía todas las cosas a un tiempo. Según Filo Judeo, el aire está poblado de multitud de invisibles espíritus, inmortales y libres de pecado unos; y perniciosos y mortales otros. “De los hijos de EL descendemos, é hijos de EL, volveremos a ser”. La misma creencia se trasluce en el pasaje del Evangelio de San Juan, escrito por un anónimo agnóstico, que dice: “Más a cuantos le recibieron les dio poder de ser hijos de Dios, a aquellos que creen en su nombre”58; es decir, que cuantos practicaran la doctrina esotérica de Jesús, se convertirían en hijos de Dios. “¿No sabéis que sois dioses?,” dice Cristo a sus discípulos. Platón describe admirablemente, en Pedro, el estado primario del hombre al cual ha de volver de nuevo. “Antes de perder las alas vivía entre los dioses y él mismo era un dios en el mundo aéreo”. Desde la más remota antigüedad enseñó la filosofía religiosa que el universo está poblado de divinos y espirituales seres de diversas razas. De una de éstas surgió con el tiempo ADAM, el hombre primitivo.

Los cabalistas versados en el sistema pitagórico de números y líneas saben perfectamente que las doctrinas metafísicas de Platón se fundan en rigurosos principios matemáticos. A este propósito, dice el Magicón: “Las matemáticas sublimes están relacionadas con toda ciencia superior; pero las matemáticas vulgares no son más que falaz fantasmagoría cuya encomiada exactitud dimana del convencionalismo de sus fundamentos.” Algunos filósofos de nuestra época ponderan el aristotélico método inductivo en perjuicio del deductivo de Platón, porque se figuran que aquél consiste tan sólo en ir a rastras de lo particular a lo universal. Draper lamenta que los místicos especulativos como Amonio Saccas y Plotino suplantaran a los rigurosos geómetras de las escuelas antiguas; pero no tiene en cuenta que la geometría es entre todas las ciencias el más acabado modelo de síntesis y en toda su trama procede de lo universal a lo particular o sea el método platónico. Ciertamente que no fallarán las ciencias exactas mientras, recluidas en las condiciones del mundo físico, se contraigan al método aristotélico; pero como el mundo físico es limitado aunque nos parezca ilimitado, no podrán las investigaciones meramente físicas transponer la esfera del mundo material. La teoría cosmológica de los números, que Pitágoras aprendió de los hierofantes egipcios, es la única capaz de conciliar la materia y el espíritu demostrando matemáticamente la existencia de ambos principios por la de cada uno de ellos. Las combinaciones esotéricas de los números sagrados del universo resuelven el arduo problema y explican la teoría de la irradiación y el cielo de las emanaciones. Los órdenes inferiores proceden de los espiritualmente superiores y evolucionan en progresivo ascenso hasta que, llegados al punto de conversión, se reabsorben en el infinito. La fisiología, como todas las ciencias, está sujeta a la ley de evolución cíclica, y si en el actual ciclo va saliendo apenas del arco inferior, algún día tendremos la prueba de que en época muy anterior a Pitágoras estuvo en el punto culminante del ciclo. Por de pronto, Pitágoras aprendió fisiología y anatomía de boca de los discípulos y sucesores del sidonio Mochus, que floreció muchísimos años antes que el filósofo de Samos, cuya solicitud por conservar las enseñanzas de la antigua ciencia del alma le hacen digno de vivir eternamente en la memoria de los hombres. Las ciencias enseñadas en los santuarios estaban veladas impenetrablemente por el más sigiloso arcano.

XIII
LA NECROMANCIA
Hemos enunciado audazmente nuestro pensamiento o más bien nuestra convicción sobre la posibilidad del resurreccionismo en ciertos casos. Preciso es completar aquí la revelación de ese arcano y exponer su práctica.
La muerte es un fantasma de la ignorancia; la muerte no existe. Todo está vivo en la
naturaleza, y por esta razón, todo se mueve y cambia incesantemente de forma. La vejez es el comienzo de la regeneración; es el trabajo de la vida que se renueva y el misterio de lo que llamamos muerte estaba figurado entre los antiguos por la fuente de la juventud, en la que se entraba decrépito y de la cual se salía niño.
El cuerpo es una vestidura del alma. Cuando esa vestidura está completamente usada o grave e irreparablemente destrozada, la abandona completamente y no vuelve a ella. Pero, cuando por un accidente cualquiera esa vestidura se le escapa sin estar usada ni destruida, puede, en ciertos casos, volver a ella, sea propio esfuerzo sea con el auxilio de otra voluntad más fuerte y más activa que la suya.
La muerte no es ni el fin de la vida ni el comienzo de la inmortalidad; es la continuación y la transformación de la vida.
Luego, implicando una transformación y un progreso, hay muy pocos muertos aparentes que consientan revivir, es decir, volver a tomar la vestidura que acaba de abandonar. Esto es lo que hace que la resurrección sea una de las obras más difíciles de la alta iniciación. Así el éxito no es nunca infalible y debe considerarse como accidental e inesperado. Para resucitar a un muerto es preciso estrechar súbita y enérgicamente la más fuerte de las cadenas de atracción que puedan unirme a la forma que acaba de abandonar. Es, por tanto, necesario conocer antes esa cadena, luego apoderarse de ella y producir después un esfuerzo de voluntad bastante poderoso para ajustarla instantáneamente con un poder irresistible.

“Que el Padre de todo sea nuestro consuelo y el tres veces grande Hermes Trimegistro nuestro guía”

¡Potencias del reino, colocaos bajo mi pie izquierdo y en mi mano derecha! Gloria y eternidad, tocad mis hombros y llevadme por las vías de la victoria!
¡Misericordia y justicia, sed el equilibrio y el esplendor de mi vida! ¡Inteligencia y sabiduría, dame la corona; espíritus de Malkhut, conducidme entre las dos columnas sobre las cuales se apoya todo el edificio del templo; ángeles de Netzach y Hod afirmarme sobre la piedra cubica de Yesod!
¡Oh Gedulael! ¡Oh Geburael! ¡oh Tiphareth, Binahel, sed mi amor,Ruach Chokmael se tu mi luz, Sed lo que tu eres y lo que tu serás ¡Oh Ketheriel!
Ishim asistidme en el nombre de Shaddai Cherubim, sed mi fuerza en nombre de Adonai Beni Elohim, sed mis hermanos en nombre del hijo y por las virtudes de Tzabaoth
Elohim,combatid por mi en nombre de Tetragrammaton Malachim, protegedme en nombre de Iod He Vau He Seraphim, depurad mi amor en nombre de Eloah Chasmalim, iluminadme con los esplendores de Elohi y Schechinah Aralim, obrad, Auphanim, girad y resplandeced;
Chaioth ha Qadosh gritad, hablad, rugid mugid, Qadosh, Qadosh, Qadosh, Shadai, Adonai, Iod Chavah, Eheieh Asher Eheieh. Hallelu Iah, Hallelu Iah, Hallelu Iah. Amen.

(MEM): Los Secretos se encuentran escondidos entre las Aguas de arriba y las Aguas de abajo.

(AChD), la Unidad y (AHBH), el Amor; una escala de la unidad:
13 x 1 = 13; 26 = 13 x 2 = 2; 91 = 13 x 7 = 7; con lo que encontramos que en el 26 y el 91 operan la Duada y el Septenario respectivamente.

13 Nombre divino: Meborak (Bendito), que corresponde al 4º cielo y al 4º nombre, Jehovah, rige sobre la esfera de Júpiter. La inteligencia regente de Júpiter es llamada Tsadkiel.

Tsadkiel recoge las influencias de Dios por intermedio de Shebtaïel, para transmitirlas a su vez a las inteligencias del 5º orden.

Mem, letra mayúscula, corresponde al 5º cielo y al 5º nombre de Dios, que es el quinto nombre del Príncipe en hebreo. Rige sobre la esfera de Marte, y la inteligencia regente de esta esfera es Samael, quien recibe las influencias de Dios por mediación de Tsadkiel y las trasmite a las influencias del 6º orden.

13 letra Madre del Tarot. atribución La Mujer valor numérico 40, Dios Arcano.

Esta información esta hilada de las siguientes obras:

La Cábala tradición secreta de Occidente (Papus)

El Tarot de los bohemios (Papus)

Dogma y ritual de alta magia (Eliphas Levi)

Gematria dogma y kabalistico (Aleister Crowley)

Isis sin velo tomo I (H.P. Blavatsky) Vuestra en la Santa Ciencia Ana Suero Sanz

– Artículo*: Filosofía Oculta –

Más info en psico@mijasnatural.com / 607725547 MENADEL Psicología Clínica y Transpersonal Tradicional (Pneumatología) en Mijas y Fuengirola, MIJAS NATURAL

*No suscribimos necesariamente las opiniones o artículos aquí enlazados

– Enlace a artículo –