REDES SOCIALES: información no es Conocimiento, percepción no es Consciencia y opinión no es Verdad… Absoluta.

Las redes sociales se han convertido en un fenómeno de interacción social e información muy popular desde hace unos años. Publicidad, noticias y opiniones se entremezclan confusamente. Es (o no) labor de cada cual discernir la calidad, profundidad e intención en esta vorágine ya que, lógicamente, todos tenemos un objetivo al compartir lo que compartimos, seamos conscientes de ello o no. Las complejas interacciones humanas y las pretensiones personales (sociopolíticas, económicas, psicológicas, etc.) han encontrado (o se han encontrado) con un curioso campo de batalla. Prevalece el impacto, la queja, el exhibicionismo (necesidad de valorar lo propio en función de la admiración ajena), la crítica, lo extravagante, así como su aparente opuesto: el pensamiento positivo, el buenismo y demás pseudoespiritualismo new age. Polarización creciente que parece manifestar, en un medio algo más sutil como es el espacio virtual, las tradicionales características negativas de los movimientos en masa, seducida por los deslumbrantes avances tecnológicos. Como dijo un sabio (los modelos a seguir son otros hoy en día): 

“Ciertamente, «el Progreso» y «la Civilización» con mayúsculas pueden hacer un excelente efecto en algunas frases tan huecas como declamatorias, muy propias para impresionar a las masas para quienes la palabra sirve menos para expresar el pensamiento que para suplir su ausencia; a este título, eso juega un papel de los más importantes en el arsenal de fórmulas de las que los «dirigentes» contemporáneos se sirven para llevar a cabo la singular obra de sugestión colectiva sin la que la mentalidad específicamente moderna no podría subsistir mucho tiempo.

Es fácil ver el sofisma inconsciente sobre el que se basa una tal concepción: este sofisma consiste en suponer que la humanidad, en su conjunto, sigue un desarrollo continuo y unilineal; ese es un punto de vista eminentemente «simplista», que está en contradicción con todos los hechos conocidos”. (René Guénon, Oriente y Occidente)

Siendo herramienta de la famosa “globalización” (evolución y progreso), no es sorprendente encontrar incluso como los “antisistema” se convierten en eficaces instrumentos a su servicio al promover la “transculturalización” de los más diversos “ismos” bajo la etiqueta de valores universales y la moral consensuada… por ellos mismos (y subsidiaria del mismo sistema).

La aparente distancia que nos coloca tras la pantalla (y que elimina el cruce de miradas, entre otras cosas, como facilitador de la empatía) es justificación para expresar y expresarse sin reparos. Es fácil observar como alguien comenta en facebook sin siquiera saludar, pregunta desde la exigencia sin la menor cortesía o se cree con el derecho a ofender sin más bajo la excusa de la mal llamada sinceridad que es, en todo caso, franqueza. El que uno diga lo que piensa no convierte el pensamiento en más certero o adecuada su expresión. La delicadeza pasa por hipocresía y el respeto o la prudencia por cobardía. El silencio siempre parece otorgar algo y no pronunciarse no implica más posibilidad que el horizonte del que exige pronunciamientos y posicionamientos o solo ve miedos como causas. Se hace de la opinión propia bandera colectiva hasta el punto de creer y afirmar que lo que uno piensa lo piensan (o deben pensar) los demás: “Todos están de acuerdo con…”, “A nadie le gusta…” y sentencias lapidarias por el estilo azuzadas por la solipsista percepción del gueto virtual (grupos de facebook y similares).

A esta tensión creciente hay que añadir la “movilización” social. Me refiero al uso del móvil como herramienta policial. El Gran Hermano no necesita contratar agentes para supervisar o controlar al personal. Ya lo hacemos nosotros por él. No dudo de la utilidad del medio como denuncia, hablo más bien del uso indiscriminado a lo “far west” del fotodisparo (o, en su defecto, el comentario demoledor) ante la más mínima “irregularidad” (siempre desde la perspectiva personal porque, ya se sabe: “mi opinión vale como la de cualquiera”, todos somos expertos en todo), pasando por alto otras opciones más “amables”, como intentar dialogar con la persona en cuestión, por ejemplo. Pero, de hecho, la aparente facilidad y la ilusión de comunicación que proporcionan las redes no hacen sino fomentar el distanciamiento personal del encuentro directo (véase el aumento de trastornos psicosociales y mentales en general). Con esto no pretendo demonizar un medio que también tiene sus innegables ventajas, pero sí advertir de los riesgos de exclusión social, susceptibilidades crecientes y linchamientos “on line” que pueden llegar a mayores. Quizás haya quien apele a teorías psicoanalíticas o psicodinámicas para considerar que el sacar a la luz las miserias humanas tiene en sí mismo efecto terapéutico, como eso de golpear con un bate de beisbol un muñeco como descarga emocional para aliviar catárticamente la ira. Me temo que alimentar el fuego con fuego solo eleva las llamas o, dicho de otra manera, la libertad no consiste en liberar las pasiones sino en librarse de ellas.

“Dame a un hombre que no sea esclavo de sus pasiones y lo colocaré en el centro de mi corazón, ¡ay! en el corazón de mi corazón.” (Hamlet a su amigo Horacio).

 

Frasco Martín

Psicólogo Col. AO-6454

https://www.facebook.com/menadel.psicologia

Tfno. 607725547 centromenadel@gmail.com

Anuncios

La non-dualité du percept et du concept

Selon une certaine opinion populaire inspirée par le bouddhisme, le percept donne accès au réel, tandis que le concept n’y accède pas. Ce dernier n’est donc pas un moyen de connaissance valide.
Quand je vois cet arbre, par exemple, m’est donné un premier instant de perception brute. Ensuite le mental intervient pour manipuler ce réel singulier et construire artificiellement telle ou telle généralité qui ne s’y trouvait pas, du genre “c’est un arbre” ; alors que la perception livre un réel singulier, c’est-à-dire unique, incomparable et donc ineffable. Le concept est faux parce qu’il déforme et ajoute à la perception. Il n’a rien à voir avec elle.
Il y aurait ainsi un gouffre entre le percept, moyen de connaissance valide qui accède au réel par-delà les mots ; et le concept, construction artificielle faite de mots. Ensuite, le percept est interprété de différentes manières : comme la perception d’une entité absolument unique, par le bouddhisme et l’existentialisme ; ou comme perception de l’être pur, par le Vedânta. Dans tous les cas, il y a un hiatus entre percept et concept.
Mais cette opinion est discutable.
La perception est acte de conscience. Mais le concept aussi.
De plus, si les concepts ne viennent pas du percept, d’où viennent-ils ?
Une solution consiste à dire que les concepts sont déjà présents dans n’importe quel percept.
Le raisonnement est le suivant :
toute conscience d’objet est conscience de la conscience, car c’est la conscience qui prend conscience d’elle-même, vu qu’il n’y a rien d’autre qu’elle, comme nous le prouve toute expérience.
Or, tout est conscience. Donc tout dépend de la conscience. Donc tout est dans la conscience. Donc la conscience est tout.
Par conséquent, quand la conscience prend conscience d’elle-même comme tel objet, elle prend conscience de tout. Et donc, en chaque perception d’objet, tous les objets possibles sont déjà présent. La conscience, douée du libre pouvoir de se réaliser partiellement – en s’excluant elle-même pour ainsi dire, comme un sculpteur qui manifeste une forme dans une pierre en excluant tout ce qui ne lui convient pas – est capable de se manifester comme le Tout qu’elle est, ou bien seulement comme tel ou tel aspect limité.
Mais d’où viennent les concepts ?
Ils sont des perceptions.
Quand je vois cet arbre, je perçois le concept, c’est-à-dire la généralité “arbre”. Mais je perçois aussi l’être, l’existence, l’identité et la différence. Les universaux sont perçus.
Mais si en toute chose je perçois les mêmes généralités, comment expliquer les différences entre les choses ?
Il suffit d’inverser complètement notre vision du rapport entre percept et concept. Un concept n’est pas une construction qui vient s’ajouter au percept pur. Pourquoi ?
Un percept est une combinaison unique de traits généraux.
Une chose est un agrégat singulier de phénomènes universaux. C’est cette combinaison d’éléments en eux-même universaux qui produit la chose singulière : cet arbre-ci, ici, maintenant, unique.
Le concept extrait ensuite ces traits généraux, mais il ne les y projette pas. Conceptualiser, ça n’est pas inventer, c’est découvrir un phénomène général dans une chose singulière. Quand je vois cet arbre unique, je vois déjà l’arbre en général. Il me suffit ensuite d’extraire cet aspect, de l’abstraire, si tel est mon désir.
La différence entre un percept et un concept est donc seulement une différence de degré et non de genre de connaissance. Dans tous les cas, en effet, il s’agit de perception. Un percept est simplement un ensemble de traits généraux perçus ensemble. Un concept est un trait général, mais isolé, abstrait, perçu sans contexte et, donc, universellement, atemporellement, de manière impersonnelle et décontextualisée. Dans tous les cas, il s’agit de perception, donc de conscience.
Chacun est capable d’extraire ces universaux selon ses désirs et son éducation. Là où untel verra un vase, un autre verra un souvenir, un autre un moyen de stocker, un autre une arme, un autre encore ne verra que l’être pur et simple. Mais tous ces éléments sont donnés en chaque perception. L’universel est donc premier. Chaque expérience, chaque percept n’est qu’un agrégat d’éléments universels. Conceptualiser consiste simplement à abstraire un ou plusieurs universaux parmi ceux perçus.

Il n’y a donc pas de gouffre entre percept et concept. Dans tous les cas, il y a perception. La différence, en revanche, est une différence de manipulation : le percept est un ensemble d’universaux donné à l’état brut, tandis que le concept résulte d’une activité mentale conditionnée par les désirs et l’éducation. Voilà pourquoi deux individus vont conceptualiser différemment le même percept.
Les éléments généraux ou universaux que sont les concepts sont donc déjà présents dans les percepts, lesquels ne sont que des concepts combinés. Les idées d’être, de cause, de sujet et d’action ne sont donc pas de pure inventions mentales, mais simplement des abstractions de ce qui est donné dans la perception brute.
Il n’y a donc pas de séparation essentielle entre percept et concept.
Par conséquent, il est utile et sensé de cultiver des moments de perception sans manipulation ; en revanche, il est vain et faux d’opposer les percepts aux concepts, comme s’il y avait entre eux une dualité essentielle.

– Artículo*: noreply@blogger.com (David Dubois) –

Más info en psico@mijasnatural.com / 607725547 MENADEL Psicología Clínica y Transpersonal Tradicional (Pneumatología) en Mijas Pueblo (MIJAS NATURAL)

*No suscribimos necesariamente las opiniones o artículos aquí enlazados

– Enlace a artículo –

La non-dualité du percept et du concept

Selon une certaine opinion populaire inspirée par le bouddhisme, le percept donne accès au réel, tandis que le concept n’y accède pas. Ce dernier n’est donc pas un moyen de connaissance valide.
Quand je vois cet arbre, par exemple, m’est donné un premier instant de perception brute. Ensuite le mental intervient pour manipuler ce réel singulier et construire artificiellement telle ou telle généralité qui ne s’y trouvait pas, du genre “c’est un arbre” ; alors que la perception livre un réel singulier, c’est-à-dire unique, incomparable et donc ineffable. Le concept est faux parce qu’il déforme et ajoute à la perception. Il n’a rien à voir avec elle.
Il y aurait ainsi un gouffre entre le percept, moyen de connaissance valide qui accède au réel par-delà les mots ; et le concept, construction artificielle faite de mots. Ensuite, le percept est interprété de différentes manières : comme la perception d’une entité absolument unique, par le bouddhisme et l’existentialisme ; ou comme perception de l’être pur, par le Vedânta. Dans tous les cas, il y a un hiatus entre percept et concept.
Mais cette opinion est discutable.
La perception est acte de conscience. Mais le concept aussi.
De plus, si les concepts ne viennent pas du percept, d’où viennent-ils ?
Une solution consiste à dire que les concepts sont déjà présents dans n’importe quel percept.
Le raisonnement est le suivant :
toute conscience d’objet est conscience de la conscience, car c’est la conscience qui prend conscience d’elle-même, vu qu’il n’y a rien d’autre qu’elle, comme nous le prouve toute expérience.
Or, tout est conscience. Donc tout dépend de la conscience. Donc tout est dans la conscience. Donc la conscience est tout.
Par conséquent, quand la conscience prend conscience d’elle-même comme tel objet, elle prend conscience de tout. Et donc, en chaque perception d’objet, tous les objets possibles sont déjà présent. La conscience, douée du libre pouvoir de se réaliser partiellement – en s’excluant elle-même pour ainsi dire, comme un sculpteur qui manifeste une forme dans une pierre en excluant tout ce qui ne lui convient pas – est capable de se manifester comme le Tout qu’elle est, ou bien seulement comme tel ou tel aspect limité.
Mais d’où viennent les concepts ?
Ils sont des perceptions.
Quand je vois cet arbre, je perçois le concept, c’est-à-dire la généralité “arbre”. Mais je perçois aussi l’être, l’existence, l’identité et la différence. Les universaux sont perçus.
Mais si en toute chose je perçois les mêmes généralités, comment expliquer les différences entre les choses ?
Il suffit d’inverser complètement notre vision du rapport entre percept et concept. Un concept n’est pas une construction qui vient s’ajouter au percept pur. Pourquoi ?
Un percept est une combinaison unique de traits généraux.
Une chose est un agrégat singulier de phénomènes universaux. C’est cette combinaison d’éléments en eux-même universaux qui produit la chose singulière : cet arbre-ci, ici, maintenant, unique.
Le concept extrait ensuite ces traits généraux, mais il ne les y projette pas. Conceptualiser, ça n’est pas inventer, c’est découvrir un phénomène général dans une chose singulière. Quand je vois cet arbre unique, je vois déjà l’arbre en général. Il me suffit ensuite d’extraire cet aspect, de l’abstraire, si tel est mon désir.
La différence entre un percept et un concept est donc seulement une différence de degré et non de genre de connaissance. Dans tous les cas, en effet, il s’agit de perception. Un percept est simplement un ensemble de traits généraux perçus ensemble. Un concept est un trait général, mais isolé, abstrait, perçu sans contexte et, donc, universellement, atemporellement, de manière impersonnelle et décontextualisée. Dans tous les cas, il s’agit de perception, donc de conscience.
Chacun est capable d’extraire ces universaux selon ses désirs et son éducation. Là où untel verra un vase, un autre verra un souvenir, un autre un moyen de stocker, un autre une arme, un autre encore ne verra que l’être pur et simple. Mais tous ces éléments sont donnés en chaque perception. L’universel est donc premier. Chaque expérience, chaque percept n’est qu’un agrégat d’éléments universels. Conceptualiser consiste simplement à abstraire un ou plusieurs universaux parmi ceux perçus.

Il n’y a donc pas de gouffre entre percept et concept. Dans tous les cas, il y a perception. La différence, en revanche, est une différence de manipulation : le percept est un ensemble d’universaux donné à l’état brut, tandis que le concept résulte d’une activité mentale conditionnée par les désirs et l’éducation. Voilà pourquoi deux individus vont conceptualiser différemment le même percept.
Les éléments généraux ou universaux que sont les concepts sont donc déjà présents dans les percepts, lesquels ne sont que des concepts combinés. Les idées d’être, de cause, de sujet et d’action ne sont donc pas de pure inventions mentales, mais simplement des abstractions de ce qui est donné dans la perception brute.
Il n’y a donc pas de séparation essentielle entre percept et concept.
Par conséquent, il est utile et sensé de cultiver des moments de perception sans manipulation ; en revanche, il est vain et faux d’opposer les percepts aux concepts, comme s’il y avait entre eux une dualité essentielle.

– Artículo*: noreply@blogger.com (David Dubois) –

Más info en psico@mijasnatural.com / 607725547 MENADEL Psicología Clínica y Transpersonal Tradicional (Pneumatología) en Mijas Pueblo (MIJAS NATURAL)

*No suscribimos necesariamente las opiniones o artículos aquí enlazados

– Enlace a artículo –

Comment faire pour se recentrer malgré l’agitation ?

Quand je pratique la méditation, je dois ensuite continuer cette pratique dans la vie quotidienne.
Ce qui se passe alors, c’est que je constate encore et encore l’agitation qui m’envahit. Il se peut même que la pleine conscience rende plus vive la conscience de mon agitation physique et mentale. Face à ces prises de conscience répétées, le découragement guette. Que faire ? De toutes façons, il est impossible de maîtriser le corps et l’esprit, c’est-à-dire le mouvement. Quoi que je fasse, il y aura toujours du mouvement, et du mouvement qui m’échappe.
L’expérience du mouvement est la grande épreuve de la vie intérieure. Celle-ci commence que je fais l’expérience du silence, de l’immobilité. Je découvre alors un espace sans bavardage, sans mouvement. C’est comme arriver au-dessus des nuages. Mais souvent, la vie intérieure meurt quand le mouvement réapparaît. Quand je parle de “mouvement” ici, il s’agit du mouvement impliqué par une vie normale : la vitesse, le bruit, plusieurs choses à faire en même temps, les tensions de la vie en commun, et non pas seulement les paisibles mouvements de la nature.
Il y a alors plusieurs possibilités :
– Je peux m’efforcer de conserver une certitude (“il y a autre chose ; le soleil brille au-dessus des nuages ; là-haut, c’est la paix, je l’ai vu”), comme un souvenir. C’est l’approche des traditions non-dualistes comme le Vedânta, mais aussi de certaines philosophies. L’avantage est que cette certitude n’est pas atteinte par l’agitation. L’inconvénient est que cela n’est pas toujours ressenti et qu’une certitude peut s’effondrer. Et que faire quand je suis intellectuellement confus ou trop fatigué pour penser ?
– Je peux m’efforcer de conserver une paix, une immobilité, en dépit du mouvement. C’est la voie de la plupart des techniques de méditation : observation neutre des mouvements, censée déboucher sur une sorte de retour à l’immobilité. L’avantage de cette approche est sa simplicité. L’inconvénient est que cela nourrit une certaine inquiétude, paradoxalement : je dois constamment vérifier l’immobilité, pratiquer pour atteindre l’immobilité, apaiser la tempête énergético-mentale. Voilà pourquoi, si je suis agité, cette méditation de conscience neutre peut exacerber l’agitation.
– Je peux plonger dans le ressenti viscéral, la vibration intérieure. C’est l’approche mystique, moins connue. L’avantage est que je ne dépends plus du calme physique ou mental, comme dans le cas de la certitude, mais sans dépendre de mon acuité intellectuelle. De plus, je n’ai pas à lutter contre le mouvement. Pourquoi ? Parce que le ressenti viscéral se situe à la racine même de tout mouvement, physique ou mental. Et contrairement à l’approche méditative classique du “laisser les mouvements aller et venir”, elle ne dépend pas de mon état de lucidité ni de mon pouvoir d’attention. C’est plutôt un geste de laisser-aller. Une sorte de plongée intime vers l’intérieur, vers le centre de soi. Et comme ce centre est la source de toutes les émotions, qui sont des mouvements bien sur, l’agitation est traitée, mais pas directement ni par observation directe.
Comme le conseille Madame Guyon, “ne pas s’efforce plus que de raison de ramener le sens à son devoir”, c’est-à-dire l’agitation vers le silence, “parce que cet effort qu’elle fera pour l’apaiser et l’attirer à son goût ne lui peut être que préjudiciable en tel état pour plusieurs raisons : premièrement, parce qu’il est inutile, le sens n’obéissant pas à la raison [=j’ai beaucoup connaître les bienfaits de la méditation, l’agitation continue]. Secondement, voyant ses efforts inutiles, elle aura de l’inquiétude , croyant que la furie de cette partie inférieure est un empêchement pour jouir de son doux repos, et que ce désarroi est un grand mal ; et cette inquiétude est très contraire à cette oraison de repos, et la tristesse à son goût [=l’effort d’attention ajoute parfois une couche de tension supplémentaire et enclenche un cercle vicieux]. La troisième raison est que, travaillant son esprit pour apaiser les révoltes de la partie inférieure, la volonté embrasse plus d’affaires qu’elle n’en peut digérer [= on ne peut plus rien faire d’autre, la paix disparaît et l’agitation revient dès que l’on doit réaliser des tâches complexes]… La quatrième est que le pénible et inutile travail que prend l’âme d’apaiser le sens troublé, lui fait perdre le goût de son repose savoureux.” Autrement dit, il n’y a plus de plaisir. L’âme est déchirée entre le mental et le coeur : “L’entendement [=le mental] a honte de voir qu’il n’entend pas ce que l’âme veut [parce qu’il est pris par d’autres tâches], et ainsi il va de part à autre comme étourdi et tout étonné, car il ne s’assied et ne se repose en aucune chose.” Autrement dit, le problème de l’approche l’attention est qu’elle se situe au plan mental : la paix mentale est sa condition, elle en dépend. Tandis que l’approche par le ressenti viscéral ou, disons, le coeur, ne se situe pas au plan mental. Le coeur se tient en lui-même, sans se soucier de rien d’autre, que le mental soit agité ou non. Il n’y a pas conflit. Bien sûr, je peux être distrait de cette plongée au centre de Moi, dans le coeur. Mais ça n’est pas comme de la distraction mentale. C’est plutôt comme un changement affectif, comme si j’arrêtais d’aimer. Et du coup, ça n’est pas du tout la même pratique. En tous les cas, cela ne dépend pas de l’agitation mentale et physique. Il peut y avoir une résistance, mais ça n’est pas un problème d’agitation, plutôt de lâcher-prise.
Je ne suis sans doute pas clair. Disons simplement qu’à mon avis, la plongée dans le coeur est une pratique… plus pratique. Elle dépend moins de l’attention, du mental. Parce que le gros problème de ces approches cognitives, à mon sens, c’est qu’elles prétendent vous libérer du bavardage, à condition d’être déjà bien calmés. Assez, du moins, pour pratiquer. Alors que l’approche du coeur ne dépend pas de ces conditions. Et donc le mouvement est intégré.
Ca n’est pas très clair, mais j’espère que vous avez l’intuition de ce dont je parle.

– Artículo*: noreply@blogger.com (David Dubois) –

Más info en psico@mijasnatural.com / 607725547 MENADEL Psicología Clínica y Transpersonal Tradicional (Pneumatología) en Mijas Pueblo (MIJAS NATURAL)

*No suscribimos necesariamente las opiniones o artículos aquí enlazados

– Enlace a artículo –

Por qué nunca convencerás a un escéptico del alunizaje con pruebas

Hagamos memoria: todo comenzó en 1976, cuando Bill Kaysing, un ignoto escritor estadounidense, tachó al alunizaje de montaje en su panfleto Nunca fuimos a la Luna: un timo americano de 30.000 millones de dólares. El resto del argumentario lo suministró en 1980 la Flat Ear …

– Artículo*: –

Más info en psico@mijasnatural.com / 607725547 MENADEL Psicología Clínica y Transpersonal Tradicional (Pneumatología) en Mijas Pueblo (MIJAS NATURAL)

*No suscribimos necesariamente las opiniones o artículos aquí enlazados

– Enlace a artículo –

M82: Galaxia con un viento supergaláctico |

¿Por qué la galaxia del Cigarro expulsa humo de color rojo?
M82, como también se conoce esta galaxia de estallido de estrellas, fue provocada por un reciente pase cerca de la enorme galaxia espiral M81. Esto no explica, sin embargo, la fuente del polvo y del gas que se expande brillante hacia el rojo. Todo indica que este polvo y este gas están siendo expulsados por los vientos combinados de partículas emergentes de muchas estrellas que crean un Supervía galáctica. Se cree que las partículas de polvo se originan en el medio interestelar de M82 y que son de tamaño similar a las de las partículas del humo de un cigarro.
La composición fotográfica muestra un color específico de la luz roja emitida por el gas de hidrógeno ionizado, así como los filamentos de este polvo y de este gas que se extienden más de 10.000 años luz. La galaxia del Cigarro es la galaxia más brillante del firmamento en luz infrarroja, se encuentra a 12 millones de años luz de distancia y se puede observar en luz visible con un pequeño telescopio en la constelación de la Osa Mayor ( Osa Mayor ).

– Artículo*: Alex Dantart –

Más info en psico@mijasnatural.com / 607725547 MENADEL Psicología Clínica y Transpersonal Tradicional (Pneumatología) en Mijas Pueblo (MIJAS NATURAL)

*No suscribimos necesariamente las opiniones o artículos aquí enlazados

– Enlace a artículo –

M82: Galaxia con un viento supergaláctico |

¿Por qué la galaxia del Cigarro expulsa humo de color rojo?
M82, como también se conoce esta galaxia de estallido de estrellas, fue provocada por un reciente pase cerca de la enorme galaxia espiral M81. Esto no explica, sin embargo, la fuente del polvo y del gas que se expande brillante hacia el rojo. Todo indica que este polvo y este gas están siendo expulsados por los vientos combinados de partículas emergentes de muchas estrellas que crean un Supervía galáctica. Se cree que las partículas de polvo se originan en el medio interestelar de M82 y que son de tamaño similar a las de las partículas del humo de un cigarro.
La composición fotográfica muestra un color específico de la luz roja emitida por el gas de hidrógeno ionizado, así como los filamentos de este polvo y de este gas que se extienden más de 10.000 años luz. La galaxia del Cigarro es la galaxia más brillante del firmamento en luz infrarroja, se encuentra a 12 millones de años luz de distancia y se puede observar en luz visible con un pequeño telescopio en la constelación de la Osa Mayor ( Osa Mayor ).

– Artículo*: Alex Dantart –

Más info en psico@mijasnatural.com / 607725547 MENADEL Psicología Clínica y Transpersonal Tradicional (Pneumatología) en Mijas Pueblo (MIJAS NATURAL)

*No suscribimos necesariamente las opiniones o artículos aquí enlazados

– Enlace a artículo –

El COPPA participa en un proyecto aragonés contra la “Soledad no deseada

El Colegio Profesional de Psicología de Aragón (COPPA) ha formado parte junto a otras 37 entidades aragonesas del grupo de trabajo que ha intervenido durante casi un año en la elaboración de un informe enmarcado en el proyecto sobre mayores en situación de “Soledad no deseada” promovido por el Justicia de Aragón con el objetivo de tejer redes vecinales contra la soledad en la tercera edad (…)

– Artículo*: Default Administrator –

Más info en psico@mijasnatural.com / 607725547 MENADEL Psicología Clínica y Transpersonal Tradicional (Pneumatología) en Mijas Pueblo (MIJAS NATURAL)

*No suscribimos necesariamente las opiniones o artículos aquí enlazados

– Enlace a artículo –

¿Se asocia la medicación estimulante para el TDAH con el riesgo de psicosis?, un estudio analiza la posible relación

El uso de anfetamina y metilfenidato en el tratamiento de jóvenes con trastorno por déficit de atención e hiperactividad se asocia con un mayor riesgo de psicosis de nueva aparición. Esta es una de las conclusiones principales de un estudio publicado en la revista The New England Journal of Medicine, bajo el título Psychosis with Methylphenidate or Amphetamine in Patients with ADHD (…)

– Artículo*: Default Administrator –

Más info en psico@mijasnatural.com / 607725547 MENADEL Psicología Clínica y Transpersonal Tradicional (Pneumatología) en Mijas Pueblo (MIJAS NATURAL)

*No suscribimos necesariamente las opiniones o artículos aquí enlazados

– Enlace a artículo –

La soledad emocional: un problema cada vez más prevalente, según un estudio

La soledad es un problema relevante para toda la población, especialmente para las personas mayores, aunque es una cuestión de la que se habla poco, que se disfraza y se diluye en la vida cotidiana. Esta es una de las conclusiones del último informe publicado por “La Caixa” (…)

– Artículo*: Default Administrator –

Más info en psico@mijasnatural.com / 607725547 MENADEL Psicología Clínica y Transpersonal Tradicional (Pneumatología) en Mijas Pueblo (MIJAS NATURAL)

*No suscribimos necesariamente las opiniones o artículos aquí enlazados

– Enlace a artículo –

La soledad emocional: un problema cada vez más prevalente, según un estudio

La soledad es un problema relevante para toda la población, especialmente para las personas mayores, aunque es una cuestión de la que se habla poco, que se disfraza y se diluye en la vida cotidiana. Esta es una de las conclusiones del último informe publicado por “La Caixa” (…)

– Artículo*: Default Administrator –

Más info en psico@mijasnatural.com / 607725547 MENADEL Psicología Clínica y Transpersonal Tradicional (Pneumatología) en Mijas Pueblo (MIJAS NATURAL)

*No suscribimos necesariamente las opiniones o artículos aquí enlazados

– Enlace a artículo –