La vache cosmique: Âme et réincarnation

Quand Empédocle dit :

“J’ai déjà été jeune fille, jeune homme,

Arbrisseau et oiseau”,

cela peut s’entendre en deux sens :

Premièrement, que l’âme se réincarne.

Mais deuxièmement, que l’âme contient en puissance toutes les expériences. Elle est la manifestation dans le temps, dans une succession d’expériences, de Être, de toutes les expériences bonnes et belles embrassées simultanément.

C’est de cela dont nous faisons l’expérience dans la vie intérieure, en particulier dans la félicité ou extase de plongée en soi, dans le Soi : une plongée dans un instant qui enveloppe toute la succession des temps.

Car “tout est en tout”, en chaque être selon sa condition.

Une musique qui exprime à merveille cette extase, mais tout en apesanteur et transparence :

Click AQUÍ para enlace original del Artículo

Rayas estacionales que indican flujos recientes de agua en Marte | Imagen astronomía diaria -…

¿Cuál es la causa de estas líneas cambiantes que hay en Marte? Llamadas Líneas Recurrentes en Pendiente, estos rasgos oscuros comienzan en las laderas de las colinas y de los cráteres, pero habitualmente no se extienden hasta el fondo. Lo que es aún más extraño es que estas líneas parecen cambiar con la estación: parecen frescas […]
Click AQUÍ para enlace original del Artículo

La vache cosmique: Félicité silencieuse

Dans la vie intérieure, il y a comme deux versants. Inséparables, mais distincts.

Le silence et la félicité.

Le silence est l’arrêt du bavardage intérieur. Comme si, dans un café bruyant, on prenait soudain conscience du brouhaha. Alors le brouhaha cesse. Une sorte de de suspens ineffable. Simple. Saisissant. Tout vit et meurt en cet espace qui ne vit ni ne meurt, car la vie ne meurt pas.

La félicité est la plongée dans le jaillissement de l’être. Énoncez “a” mentalement. Mais restez sur le tout premier instant de l’effort pour énoncer ce “a”. Intense. Fort. Puissant. Il y a comme une énergie, ou plutôt un acte, un “je suis je” silencieux.

Pas si silencieux, cependant. Car cette félicité est une extase, une explosion, une conscience que tout est en soi, un bouillonnement créateur qui vous prend aux tripes. Si intense que c’est insupportable. Trop concentré. En quelques instants ce cette plongée, on peut vivre mille vies, traverser mille atmosphères, goûter des saveurs, ressentir des impressions bien au-delà de ce que l’entendement peut digérer. Le corps démange. Comme si on allait être soulevé de terre.

D’où des réactions mentales bien naturelles : ému, l’esprit s’active, bavarde, et se trouve bien vite emporté, distrait. Pourtant, on sent bien qu’il y a une paix nouvelle au centre de ce manège. Mais l’œil de ce cyclone demeure inaccessible, et l’on se sent comme rejeté à l’extérieur. Un peu comme si l’on essayait se sauter dans un manège en pleine marche.

Que faire alors ?

Le silence. Plonger dans la félicité du cœur. Mais en silence intérieur complet. En toute simplicité. Avec cette légère attention qui suffit, un peu comme si l’on haussait les sourcils, tel un enfant étonné. Comme une plongée ou un saut d’envol. Muet, on se laisse porter par une vague de félicité. A peine vigilant pour ne pas laisser cette félicité activer le bavardage.

On vit alors une félicité silencieuse. Indicible et pourtant accessible. On sent, on sait de suite que cette pulsation, si riche et si simple à la fois, est l’âme de tout et de tous. Toujours présente à chacun, c’est à chacun de se donner à elle. Elle une parole si intense, comme si une quantité infinie d’information était transmise. L’information de tout, en fait. Tous les possibles. Mais en transparence ; tous les mots, mais sans rien articuler délibérément. On se sent comme une sphère immense débordante d’énergies ineffables. Comme un océan parcouru de courants plus puissants que tout ce qui se peut vivre en ce monde.

La félicité sans le silence mène à la tension et à la frustration.

Sans la félicité, le silence mène à une sorte de sécheresse.

Mais en vérité, le silence mène à la félicité, et la félicité au silence.

On ne sait pas trop quoi dire d’autre. Cette vie est si riche ! Et compatible avec tout. On pourrait louer ses vertus pendant des siècles. Du reste, c’est ce que font les mystiques depuis des siècles. On ne peut pas épuiser le sujet, et pourtant nul ne peut se résoudre à se taire, que ce soit par la parole ou par l’action. Comment garder caché un tel trésor ?

Félicité silencieuse.

Un peu comme écouter une musique émouvante en silence. Rien n’exprime mieux la vie sans mots, que la musique, langage sans mots. Mais souvent, l’émotion emporte et, paradoxalement, entrave l’écoute. L’intensité de la jouissance entrave la jouissance même. C’est trop, l’esprit déraille et repart avec une goutte. Un instant d’émotion musicale peut engendrer des livres, des mers de mots. La musique, romantique ou, disons, émouvante, est comme la félicité mystique. Il faut l’écouter en silence, doucement, comme suspendu, sans violence, pour l’apprécier, pour se laisser emporter encore et encore, à grand coups d’ailes, toujours plus loin :

Click AQUÍ para enlace original del Artículo

Fabricando el choque de civilizaciones

por Matías Benítez – Por la década del noventa, el politólogo estadounidense Samuel Huntington, publicó la tesis llamada ”Choque de Civilizaciones”; la cual argumentaba que los futuros conflictos de la humanidad no iban a estar relacionados con factores políticos, económicos, sociales o territoriales; sino que estos estarían marcados por la cultura y el conflicto civilizatorio. […]
Click AQUÍ para enlace original del Artículo

Egipto y la Luz

EGIPTO Y LA LUZ Para los egipcios “la luz” era algo profundamente viviente y multifuncional. Por eso encontramos tantas formas y aspectos de neterus vinculados a la luz pero que reúnen rasgos comunes. He aquí algunos neteru egipcios cuyas características nos ayudarán a una mejor y más amplia comprensión de la luz y sus funciones. […]
Click AQUÍ para enlace original del Artículo